Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

guadeloupe ou vos vacances sur une île paradisiaque

Soleil, plage, sable blanc, cocotier, lagon, eau turquoise mais également un peuple et son pays


Rédigé le Vendredi 15 Septembre 2006 à 08:40 commentaire(s)
Lu 11186 fois

Outre antlantique, Le Tropique du Cancer vous offre une île enchantée, l'île aux belles eaux, La Guadeloupe.
Département Outre-mer français, la guadeloupe est une terre d'accueil peuplée d'hommes et de femmes qui ont beaucoup à vous faire découvrir.

Pour des vacances autremement

Guadeloupement votre


guadeloupe
guadeloupe

Guadeloupe, où sont les antilles ?

Leur conversation était animée, ces amis là, ne savaient ou me placer ! …Stop les amis, remettons les pendules à l’heure !

Je suis un magnifique papillon posé au milieu de l’Atlantique, à l’intérieur de l’archipel, des Petites Antilles. Je me trouve à 8.000 kilomètres de la Métropole. Je suis à moi tout seul un petit archipel se composant de quatre frères et soeurs: La Grande-Terre, la Basse–Terre, la Désirade et Marie Galante. Mes sœurs jumelles, Saint Martin et Saint Barthélémy, se sont affranchies de ma tutelle par un référendum le 7 décembre 2003, à l’issue duquel, ces deux sœurs deviennent des collectivités territoriales, à part entière !

Bon, avec une bonne carte, ce sera plus facile à situer.

avion-corsair
avion-corsair

Guadeloupe, comment y arriver ?

Le plus rapide c’est l’avion. Trois compagnies régulières font chaque jour le voyage aller – retour, en partant d’Orly : Air France, Corsaire et Air Caraïbes. Air France a également un vol en partance de Roissy. (Vous arriverez chez moi après 8 heures de vol, attention au décalage horaire, toute l’année, 6 heures nous séparent de la métropole, 12 heures à Paris, 6 heures du matin chez moi) !
Il y a également un autre moyen que certains de mes administrés et métropolitains pratiquent, soit par peur de l’avion, soit par commodité personnelle, pour un retour au pays ou une mutation administrative, c’est le cargo mixte. Certains cargos faisant le trafic entre les isles sœurs des Antilles et l’Europe, ont quelques cabines de disponibles pour quelques passagers !

Que ce soit le cargo ou l’avion la destination d’arrivée est toujours Pointe à Pitre, la capitale économique de mon domaine.
Mon aéroport international se nomme Pôle Caraïbe. Ce bel aéroport, dessert toute la Caraîbe, la Guyane et le Canada.

Guadeloupe, Les Guadeloupéens

Mon peuple est un peuple métissé venant des différentes tribus noires africaines, héritées de l’esclavage, de brassages avec des indiens caraïbes, et des maîtres blancs de l’époque de la traite.
Une population venue des Indes, arriva après l’abolition de l’esclavage, en hommes libres. Ces hindous, (coolies), immigrèrent chez moi vers 1853, immigration organisée par les colons de l’époque.
Les métissages de ce fait, continuèrent avec cette nouvelle ethnie qui enrichit considérablement la population !

Leur culture, leur manière de vivre

Les habitants de chez moi, sont d’une nature nonchalante, bons vivants, aimant rire, leurs contacts sont toujours cordiaux, salués par de tonitruants Ka ò fè, (bonjour en créole). Les habitants sont très sensibles aux rapports humains, le ka ò fè est le passeport automatique et obligé, pour discuter. Amis métropolitains, n’oubliez jamais dès votre arrivée chez moi, de retrouver le sourire et l’automatisme du bonjour, même aux gens que vous ne connaissez pas ! Si le touriste que vous êtes devenu, pratique de cette manière, vos vacances sur mon territoire seront un enchantement. Vous trouverez partout, des gens prêts à vous conseiller, à vous répondre, à vous renseigner, à vous inviter même ! Mais si vous négligez les valeurs de politesse toujours en vigueur sur l’archipel, attendez vous à des fins de non recevoir, à des dos tournés ! Ha, attention aux photographies ! Les membres de ma communauté, n’aiment pas beaucoup être photographiés, demandez leurs toujours l’autorisation, s’il refusent, n’insistez pas !
La langue créole, est parlée par tous ici, comme les langues régionales au pays Basque , en Bretagne ou en Corse, mais bien entendu le français est la langue officielle parlée par presque tous les guadeloupéens ! Le créole est une très belle langue, complètement inventée par les esclaves. Le créole est d’une richesse inouïe , poétique, musical. Le créole s’écrit, se lit, des cours comme en Bretagne existe pour que mes habitants puissent lire et écrire leur propre langue à côté du français !


C’est la 38 éme langue adoptée et reconnue par l’UNESCO. Dans tous les créoles différents parlés dans le monde, seul, le créole guadeloupéen est officiellement reconnu !
La musique tient beaucoup de place chez moi, les rythmes caribéens sonnent toutes les minutes de la journée. Si vous prenez un car pour vous déplacer, (ce qui est un excellent moyen pour me découvrir), n’agressez pas le chauffeur pour la hauteur du son dans l’habitacle, il ne comprendrait pas, ainsi que les voyageur votre volonté de baisser le son, patientez, laissez vous aller, vivez au rythme des Antilles !
Le tambour est l’instrument roi, c’est lui qui rythme les heures de la journée et de la nuit. N’hésitez pas le vendredi soir de participer à un Lewoz , soirée entièrement consacré au tambour, appelé chez moi KA. La nuit sera consacrée à cette musique très particulière, unique au monde, aucune musique au tambour ne ressemble aux sept rythmes inventés par les esclaves. Les danses se succèderont jusqu’à une heure avancée de la nuit. Les femmes et les hommes dansent, seuls !
Lewoz en créole, signififierait, Laroze, nom d’un colon de la ville de Sainte Rose, haut lieu du Lewoz à une certaine époque. Les esclaves an tan lontan, (dans l’ancien temps), étaient privés d’exercices physiques en dehors d’un travail harassant dans les cultures, les maîtres craignaient qu’ils puissent s’entraîner pour prendre la fuite, alors, plein d’idées, ceux ci inventèrent le Lewoz, qu’ il leur permettait de se défouler ainsi au nez et à la barbe du maître. (Cette dernière version est contestée par le professeur Joslen Gabali, également maitre tambour)!



jean Jacques Coudière