Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

UGTG demande une baisse de 50 cts du prix de l'essence en Guadeloupe

Le litre d’essence guadeloupéen parmi les plus chères d’Europe


Rédigé le Mardi 2 Décembre 2008 à 12:44 | 0 commentaire(s)
Lu 3457 fois


Un jour viendra.....
Un jour viendra.....

COMPARATIF DES PRIX (EN €) AU 26 NOVEMBRE 2008 : GAZOLE

Réunion : 1.15
Martinique : 1.16
Guadeloupe : 1.29
Guyane : 1.52

Ile de France : 1.07

La Guadeloupe a consommé 328 769 359 litres de carburant en 2007 (non compris le pétrole lampant, le fioul domestique et industriel) : ce qui représente une manne financière correspondante à plus de 450 millions d’euros.

UGTG demande une baisse de 50 cts du prix de l'essence en Guadeloupe

Marge de la SARA, la Région Guadeloupe et les gérants

. SARA Région Transport Gérant Prix consommateur

Super 77,280 55,068 6,068 12,584 1,51 €/litre
Gazole 77,020 33,328 6,068 12,584 1,29 €/litre


% moyen

  • SARA 55,10 %
  • Région guadeloupe 31,57 %
  • Transport 4,33 %
  • Gérants 9,00 %

le prix actuel du carburant date de la période où le baril de brut valait 140 dollars. Maintenant qu’il est passé à moins de 50 $ ; Pourquoi continuons-nous à payer le même prix ? Pourquoi le prix ne baisse t-il pas alors que les hausses sont systématiquement appliquées ?

UGTG demande une baisse de 50 cts du prix de l'essence en Guadeloupe

SARA : 254 à 350 millions d’euros de bénéfices par an

Mieux encore, les travaux de rénovation des installations de la SARA sont systématiquement financés par les augmentations du prix de l’essence

Les actionnaires de la SARA (Total, Vito, Esso et Texaco) se partagent donc de juteux bénéfices sur le dos des Guadeloupéens : pas moins de 254 à 350 millions d’euros par an

UGTG demande une baisse de 50 cts du prix de l'essence en Guadeloupe

taxes Région Guadeloupe plus élevées qu' en Martinique

La taxe spéciale de consommation correspond à 49,937 centimes pour le super et 28,09 centimes pour le gazole. Cette taxe est normalement utilisée par le transport et le réseau routier. En vérité elle alimente le fonctionnement de la collectivité. La Région récupère aussi l’octroi de mer et l’octroi de mer régional représentant respectivement 5,131centimes sur le super et 5,238 centimes sur le gazole.

UGTG demande une baisse de 50 cts du prix de l'essence en Guadeloupe

Entreprise de transports et gérants

Les Entreprises de Transport : Cette somme est prélevée pour le transport entre la SARA et les stations service et rapporte environ 20 millions d’euros. Mais curieusement, ce montant comprend également une taxe sur chaque litre de carburant pour alimenter la prime de fin de contrat des gérants (2 millions d’euros). Alors qu’il s’agit d’un contrat entre les Compagnies et les Gérants de station

Les Gérants : Leur quotepart est destinée au financement de l’exploitation et des charges de personnel et se monte à 41 millions d’euros. Or, nombre de gérants la perçoivent sans embaucher pon moun d’où la multiplication des stations sans pompiste.

A ce montant s’ajoute la fameuse prime des gérants indexés sur le litre de carburant.

UGTG demande une baisse de 50 cts du prix de l'essence en Guadeloupe

La Région Guadeloupe favorable à une « opération vérité » sur le prix de l’essence

Le député et président de la Région Guadeloupe Victorin LUREL se réjouit de voir le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer accepter de livrer une « opération vérité » sur les prix des carburants outre-mer, car Yves JEGO reconnaît – enfin ! – l’existence des vraies zones d’ombre que Victorin LUREL dénonce depuis près de deux ans.

Au moment où les protestations se multiplient sur le niveau du prix des carburants, en particulier en Guyane ces deux derniers jours, le président de la Région Guadeloupe rappelle en effet qu’il ne cesse de réclamer une révision du mode de fixation des prix de l’essence en Guadeloupe et davantage de transparence à la SARA et à l’Etat.

Le prix du baril de pétrole a en effet été divisé par trois depuis le 20 juillet, or le prix à la pompe du litre de super n’a diminué que de deux centimes au début du mois d’octobre, illustrant un décalage flagrant et inacceptable entre le prix du marché et les prix pratiqués en Guadeloupe.

Pour autant, en réponse aux allégations d’un syndicat en pleine campagne pour les élections prudhommales, le président de Région tient à apporter les précisions suivantes :

- La taxe spéciale sur le carburant (TSC) dont le taux est fixé par la Région Guadeloupe est une ressource budgétaire essentielle aussi bien pour le Conseil régional, que pour le Conseil général et, surtout, pour les communes dont tout le monde connaît la fragilité des finances ;
- La TSC est une taxe sur le volume de carburant et non sur le prix. Ainsi, non seulement les recettes publiques n’augmentent pas quand le prix à la pompe est à la hausse, mais elles sont aujourd’hui en baisse du fait de la baisse de la consommation des automobilistes (131 millions d’euros de recettes en 2006, 112 millions d’euros en 2007 et 100 millions d’euros attendus en 2008).
- La TSC est aujourd’hui au même niveau qu’en 1998. Elle n’a augmenté qu’une seule fois en 2005 et seulement jusqu’en 2007, afin de contribuer à la résorption en deux ans du déficit du budget régional creusé par l’ancienne mandature.
- Enfin, contrairement aux autres régions d’outre-mer, la Région Guadeloupe accorde d’importantes exonérations de TSC à de nombreuses professions (boulangers, artisans-taxis, agriculteurs, entreprises industrielles).

Ceci étant posé, Victorin LUREL réaffirme que si des marges de manœuvre existent pour faire baisser le prix de l’essence, elles ne se situent pas au niveau des collectivités locales dont les interventions financières sont par ailleurs très fortement sollicitées par l’ensemble des acteurs de la vie économique et sociale de la Guadeloupe.

En revanche, Victorin LUREL tient à rappeler les faits suivants :

- les marges de monopole de la SARA sont aujourd’hui scandaleusement opaques, de même que la provenance de ses approvisionnements et sa politique de gestion des stocks ;
- des taxes sont prélevées pour des services qui ne sont pas rendus (exemple : le traitement des huiles usagées) ;
- le secteur de la distribution de carburant est régie par des conventions collectives avantageuses ;
- enfin, il n’existe aucune concurrence sur les prix entre les distributeurs de carburants.

Face à cette situation qui est une atteinte au pouvoir d’achat des ménages guadeloupéens, le président de la Région Guadeloupe demande à l’Etat d’agir très vite afin que soient évités des blocages et des manifestations tels que ceux qui se déroulent en Guyane et qui ont affecté la Réunion il y a quelques semaines.

Si des résultats probants n’étaient pas obtenus, Victorin LUREL demandera une commission d’enquête parlementaire pour obtenir que toute la lumière soit faite sur la formation des prix du carburant dans les outremers.

Sources et liens



sébastien sabattini