Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Sortie de crise Guadeloupe : Nouvelle proposition du gouvernement acceptée

le LKP estime qu'un accord sur les salaires est possible


Rédigé le Jeudi 26 Février 2009 à 04:39 commentaire(s)
Lu 1255 fois

A zéro heure, jeudi 26 février, après neuf heures de négociations, un membre du Collectif LKP est venu annoncer, devant la capitainerie de Pointe-à-Pitre, sous les applaudissements et les cris : "Les 200 euros on les a attrapés !".


AFP/JULIEN TACK Elie Domota, porte-parole du LKP, a indiqué, jeudi 26 février, qu'un accord est possible suite à la proposition faite par le gouvernement
AFP/JULIEN TACK Elie Domota, porte-parole du LKP, a indiqué, jeudi 26 février, qu'un accord est possible suite à la proposition faite par le gouvernement
Après cinq semaines de grève en Guadeloupe, le soulagement était certain. Pas le temps de crier victoire. Rosan Mounien, syndicaliste de longue date de l'UGTG est remonté en réunion, sourire aux lèvres. Vers 3 heures du matin, Elie Domota, le porte-parole du collectif, plus mesuré et plus technique dans son expression, est venu confirmer qu'un accord était possible.

A Paris, depuis 48 heures, les conseillers de l'Elysée et Matignon travaillaient à une simplification de leur proposition sur le RSA jugée trop peu " lisible". Sans céder sur la demande du patronat d'exonérer leur prime de la CSG et la CRDS, Matignon est parvenu à mettre sur la table un "revenu supplémentaire temporaire d'activité" de 80 euros. Un forfait mensuel destiné aux 45 000 salariés guadeloupéens touchant jusqu'à 1,4 Smic, et qui ne tiendra plus compte de la situation familiale.

Le chiffre "magique" de 200 euros auquel le Collectif s'est accroché pendant des semaines, est atteint. Ce dernier coup de pouce, s'ajoute à la contribution des collectivités locales, 50 euros et à celle du patronat, entre 50 et 90 euros exonérés de charges patronales et sociales.

Une fois n'est pas coutume : demande de remboursement des jours de grève

Il y a encore "quelques bitins (choses) techniques" à régler. Ce ne sont pas des détails. Mais le collectif contre la "pwofitasyon " tenait absolument à finir la séquence de ces jours fériés de carnaval, mardi gras et mercredi des Cendres, avec une annonce, fut-elle à consolider.

Pourtant, il faut régler les questions pendantes qui demanderont encore des heures de palabres : les salariés sont-ils concernés jusqu'à 1,4 smic ou 1,6 ? Calculera-t-on l'augmentation sur le brut "nu" ou avec le 13e mois et les primes ? La date d'effet du dispositif est-elle immédiate ou différée au… 1er avril, comme le souhaite l'Etat ? Est-ce un accord à durée déterminée ? M. Domota a aussi demandé que les jours de grève soient réglés.

sources

LE MONDE Béatrice Gurrey et Benoît Hopquin
photo : JULIEN TACK pour AFP


Béatrice Gurrey et Benoît Hopquin pour Le Monde