Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
Guide de Guadeloupe

Route de l'Equateur, L’équipage Région Guadeloupe en tête devant Florence Arthaud et Luc Poupon !!

Et si on ne regardais pas la bonne course ???


Rédigé le Mardi 17 Avril 2007 à 00:00 commentaire(s)
Lu 3361 fois

A Atout Guadeloupe, nous aimons la voile, mais nous aimons également que nos participants soient assez performants, pour pouvoir vivre la course. Tenter d'arrivée avant la fermeture de la ligne ou se battre face à un mono lorsque l'on a un multi dans les mains nous désinterresse et nous déshonore.
Notre regard va se porter sur FISTON et sa première participation à la route de l'Equateur. Ce guadeloupéen que nous avons appris à connaitre lors de la dernière route du rhum
Lui, nous fera plaisir


MARSEILLE pointe rouge - CONGO BRAZZAVILLE pointe noire, la course

route de l'équateur
route de l'équateur
La Route de l'Equateur, réservée aux monotypes Open 40 avec un équipage de trois personnes, va s'élancer dimanche de Marseille avec huit voiliers sur la ligne de départ. En une vingtaine de jours et 4500 milles, ils devront rejoindre le port de Pointe-Noire au Congo.

Parmi les navigateurs de ces voiliers de 40 pieds se trouvent Florence Arthaud, Philippe Monnet, Anne Liardet et Patrice Carpentier.


Monnet partira avec un petit avantage, puisqu'il avait participé à la précédente édition. Disputée en juin 2005, elle avait été remportée par Sébastien Josse en 22 jours sur le VOR 60 ABN AMRO 2. A leurs côtés, il y aura aussi Jean-Pierre Nicol, dernier vainqueur du Tour de France à la Voile, Frédérique Brulé et le Guadeloupéen Marc Lepesqueux. Les concurrents laisseront les îles Baléares à bâbord et devront ensuite s'engager dans le détroit de Gibraltar et défier l'Atlantique et ses vents alizés pour finir leur course dans le golfe de Guinée, où les vents devraient leur causer quelques soucis.



fiston
fiston

L’équipage Région Guadeloupe en tête, lundi 16 avril

Lundi 16 avril : Après 24h de course, les 8 concurrents de la Matondo-Congo - Route de l’équateur ont laborieusement traversé le Golfe du Lion faute de vent.
En milieu de nuit, les voiliers ont repris un peu d’allure avec une jolie brise de Nord Est qui semblait pouvoir les pousser en route directe sur les Baléares. Mais l’embellie a été de courte de durée car le vent est à nouveau tombé cet après-midi, entrainant avec elle la chute des moyennes de progression des concurrents qui se préparent pour une nouvelle nuit de « pétole ».

Après 24h de course, les équipages longent actuellement les côtes de l’Espagne à la latitude de Barcelone, à des vitesses qui oscillent entre 10 et 2 nœuds depuis le lever du jour. Si l’équipage de Frédérique Brulé a perdu un peu de terrain avec son option à terre quelques heures après le départ, les concurrents sont encore très groupés et avancent sur une même ligne de front.

A 17h - L’équipage Région Guadeloupe en tête


Les 25 navigateurs embarqués sur cette course au long cours semblent ravis d’être enfin en mer après l’intensité des préparatifs de ces derniers jours. Tous prennent leurs marques à bord de leur bateau.

A l’exception de Marc Lepesqueux qui vient de finir une Route du Rhum sur son Jumbo 40 baptisé REGION GUADELOUPE sur cette Route de l’équateur 2007. Cette expérience a permis à ce bateau co-skippé par le guadeloupéen Philippe Fiston et le normand Marc Lepesqueux, avec leur équipier Stan Maslard, de prendre le commandement de la flotte pendant une bonne partie de ces premières 24h, jusqu’à ce que l’équipage de Florence Arthaud sur DEEP BLUE revienne aux affaires quelques heures. Mais en fin de journée, Région Guadeloupe avait repris le commandement démontrant que son équipage maîtrise parfaitement cette situation météo délicate.

Cette première journée de course a une saveur spéciale pour Anne Liardet, qui fête aujourd’hui son anniversaire « entre filles », puisque la brestoise est à la tête du seul équipage exclusivement féminin de ce plateau 2007.

Classement du jour lundi 16 avril – 17h – heure Paris
1 Région Guadeloupe Marc Lepesqueux - Philippe Fiston
2 Deep Blue Florence Arthaud – Luc Poupon
3 Centre d’accueil des mineurs de Mvoumvou - Patrice Carpentier
4 Le Petit Nice Passedat Anne Liardet
5 Sidaction CMA - CGM Arnaud Aubry – Antoine Carpentier
6 Nouvelle Esperance Matondo Congo - Philippe Monnet
7 Association Espace Enfance - Frédérique Brulé
8 Geranium Killer - Yacht Club de Courchevel - Luce Molinier

Philippe Monnet, skipper de Matondo-Congo/Route de l’équateur : « Nous avons passé la nuit à guetter le vent qui est finalement arrivé ce matin. Il est maintenant bien établi à 10-12 nœuds, et nous permet de progresser à 10 nœuds sous gennaker en route directe sur les Baléares, avant d’attaquer le dernier tiers de la route qui nous sépare de Gibraltar. Nous prenons notre Pogo 40 en main puisque c’est la première fois que nous utilisons ce type de bateau. Comme nous sommes partis à quatre, nous faisons des quarts de 3h/3h. Philippe Naudin fait équipe avec Eric D’Hooghe et moi avec Arnaud Vasseur. Comme nous sommes quatre, nous avons fait très peu de pilote automatique car au portant rien ne remplace le toucher de barre d’un marin. Pour arriver sur Gibraltar, les fichiers que nous a fournis notre conseil météo Pierre Lasnier de MétéoMer avant le départ, nous indique que c’est « route directe », avec quelques empannages. Nous progressons à vue sur un même front, séparés les uns des autres de 2 ou 3 milles. Les vitesses des Pogo et des Jumbo 40 sont assez proches. La grosse interrogation est l’Akilaria 40 de Florence, un plan Lombard qui pourrait nous réserver quelques surprises. »

Anne Liardet, skipper de LE PETIT NICE PASSEDAT : « On ne connaît pas encore trop bien le bateau, un Jumbo 40, et nous avons passé un partie de la nuit à nous caler, à voir quel jeu de voiles était le mieux adapté sous quelle allure etc… Depuis le départ, nous avons eu des conditions météo très différentes. Calme presque plat après le départ, puis le vent est monté cette nuit jusqu’à 20 nœuds, pour retomber un peu ensuite. Pour nous, c’est très bien pour prendre nos marques. Pour être honnête, cette première nuit en mer s’est faite au feeling avec mes deux co-équipières. Comme j’ai plus d’expérience, je suis restée seule sur le pont pour faire mon quart et Marie et Caroline ont assuré ensemble les autres quarts. Cela se passe super bien car elles assurent à fond. Nous avons fait un super départ de Marseille. C’est vrai que j’avais une championne du monde à bord sous la main, je l’ai mise à la barre. On a vu le résultat. On a perdu un peu de terrain cette nuit pendant la prise en main du bateau, mais la route est encore longue ! Pour mon anniversaire, les filles m’ont fait spécialement une tasse de café. C’était très sympa car tout le monde est assez fatigué et le moindre petit geste compte. »




Sébastien Sabattini