Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Reprise des négociations entre le LKP et les médiateurs de la République

Le LKP, revient à la table de discussions


Rédigé le Vendredi 20 Février 2009 à 04:51 | 0 commentaire(s)
Lu 1450 fois

Allons nous vers la fin du conflit, les propositions du président Sarkosy, reste pour le LKP, encore très floues, pourtant les négociations reprennent aujourd'hui.


Photographe : Lionel Bonaventure AFP , Le préfet Nicolas Desforges lors d'une réunion le 19 février 2009 à Pointe-à-Pitre
Photographe : Lionel Bonaventure AFP , Le préfet Nicolas Desforges lors d'une réunion le 19 février 2009 à Pointe-à-Pitre

Vers la fin du conflit...?

Le collectif LKP, fer de lance du mouvement social qui paralyse la Guadeloupe depuis un mois, a décidé jeudi soir de reprendre les négociations tout en se montrant assez méfiant sur les propositions de l'exécutif et sans appeler à la fin de la grève, marquée par trois nuits d'émeutes ayant fait un mort dans cette île française des Antilles.Evènement

Après une réunion avec le préfet de Guadeloupe Nicolas Desforges et les deux émissaires du gouvernement, le leader du Collectif contre l'exploitation (LKP), Elie Domota, a annoncé la reprise des discussions, officiellement interrompues depuis une semaine, dès vendredi.

Il est cependant resté très prudent sur leur issue estimant que "les propositions" du président français Nicolas Sarkozy étaient "particulièrement floues".

"Mais demain, a-t-il ajouté, nous débuterons les négociations à 15H00 (19H00 GMT) toujours dans le même esprit, celui de trouver des solutions sur la base du document négocié dans la nuit du 7 au 8 février", un accord dont s'est toujours réclamé le LKP mais que le gouvernement conteste avoir signé.

Un peu plus tôt, le chef de l'Etat français, à qui l'on avait reproché de toutes parts son silence, avait annoncé un effort de 580 millions d'euros pour les départements d'outre-mer (DOM), qui devrait servir à financer l'augmentation des bas salaires réclamée par les grévistes. C'est par ce biais que le gouvernement, qui doit encore convaincre le patronat d'effectuer sa part de l'effort, entend permettre une hausse de presque 200 euros des plus bas salaires (jusqu'à 1,4 fois le salaire minimum). La mesure concernera en cas d'accord quelque 45.000 Guadeloupéens. C'était la principale demande insatisfaite du LKP.

Sources AFP



Jean-Jacques coudiere