Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
Guide de Guadeloupe

Pointe Noire, paradis des colons, enfer des Nègres - chapitre 9


Rédigé le Vendredi 29 Juin 2007 à 16:41 commentaire(s)
Lu 13144 fois

Le tremblement de terre de 1843, mis la Caraïbe sans dessus dessous, kaz et habitations furent détruites!


Le Nègre Bazile

Tremblement de terre 1843
Tremblement de terre 1843
Le 8 février 1843, un tremblement de terre terrassa tout le corps de la Caraïbe et de l'Amérique centrale. Les foudres de la désolation s'abattaient sur toutes les plantations et habitations de la Guadeloupe en ne laissant que des plaies, des enflures et des litanies de désolation!
La ville de Pointe à Pitre fut détruite par les feux criminels. Les habitations des sieurs Louis Darase et Durand de Surmont furent détruites.
Les terres du sieur Gosse paradaient un visage de ruines, de cendre et de misère. A tel point que ce dernier ne se soucia guère de la disparition pendant le sinistre de l'esclave Bazile, que lui avait loué la demoiselle Emilie de Baillargent en échange de sucre, de café et de tabac.

Ce dénommé Bazile, naquit en Afrique en 1773, compte tenu de son âge avancé, de ses vieux jours, soixante dix ans, maître Gosse l'exploitait comme gardien d'habitations. La demoiselle Emilie n'ayant aucune nouvelle de son esclave, entreprit une démarche auprès de maître Gosse pour savoir ce qu'il était advenu de son esclave!

Treize jours après le sinistre, soit le 21 février 1843, contraint de faire une déclaration de décès de Bazile, maître Gosse se rendit à la mairie de Pointe Noire pour présenter devant monsieur le Maire adjoint, le sieur Marc Michel Quin. En voici l'extrait acte N° 12/1843

L'an 1843 et le 21 février à onze heures du matin, par devant nous, Marc Michel Quin,adjoint au Maire de la commune de Pointe Noire, auquel le dit maire délégué par arrêté du 29 janvier dernier, exerçant les fonctions d'officier d'état civil de la dite commune, a comparu le sieur Louis Gosse habitant propriétaire qui ,nous a déclaré qu'au moment du tremblement de terre du 8 courant, le Nègre Bazile, âgé de soixante dix ans recensé sous le N° 341, qu'il tenait un loyer de la demoiselle Emilie propriétaire de cette commune, était gardien sur l'habitation, que depuis ce temps, ce Nègre n'a pas réapparu, il y a lieu de croire qu'il a été enseveli sous un éboulement considérable de terres qui a entraîné l'ajoupa qu'il habitait, en foi de quoi, acte a été dressé!








i[


Marthélus ladine