Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Nouvelle nuit 'chaude' en France, l'extrême gauche en avant

- de 3000 fauteurs de trouble font la une de l'actualités, LCR et autres partis de gauche revendiquent


Rédigé le Mardi 8 Mai 2007 à 06:01 commentaire(s)
Lu 1973 fois

Pour la deuxième nuit consécutive, des incidents qui ont éclaté dans la nuit de lundi à mardi dans plusieurs grandes villes. Le bilan de la nuit de dimanche à lundi a, lui, été revu à la hausse.


troubles
troubles
A Paris, 400 militants de gauche ont arpenté les rues de la capitale lundi soir depuis la place de la Bastille. Ils ont brûlé un scooter, brisé une dizaine de vitrines, trois cabines téléphoniques et endommagé quelques voitures. Des CRS ont tenté d'empêcher leur progression, un face-à-face qui s'est transformé en course-poursuite. Vers 22 heures, les manifestants se sont dispersés par petits groupes. Il y a eu au total qui 35 interpellations. Aux alentours de 23 heures, 300 jeunes se sont à nouveau rassemblés place de la Bastille et ont tenté de bloquer la circulation en s’installant au pied de la colonne de la Bastille.


A Lyon, 500 militants d’extrême-gauche ont protesté lundi soir. Le cortège, parti de la place des Terreaux, s'est déplacé dans le centre-ville, causant quelques dégâts à des abribus, un kiosque à journaux et à du mobilier urbain. Il y eu plusieurs face-à-face avec les forces de l'ordre. Agents de la sécurité publique, CRS et gendarmes mobiles ont tiré à plusieurs reprises et en différents endroits des grenades lacrymogènes, provoquant la fuite des émeutiers. Des petits groupes ont continué peu avant minuit à caillasser les véhicules de police. Une interpellation a eu lieu. Dans l'après-midi, 200 lycéens avaient déjà protesté et s’étaient prêtés à des actes de dégradation sur des poubelles et des panneaux d'affichage politique, entraînant deux interpellations.


A Nantes, 400 manifestants d'extrême gauche se sont retrouvés lundi soir dans le centre-ville. Ils s'en sont pris à des véhicules et ont brisé des vitres du tribunal administratif de la ville. Les forces de l’ordre qui ont fait usage du gaz lacrymogène ont procédé à une interpellation.


A Toulouse, 100 de manifestants ont été maitrisés par les policiers lundi soir place du Capitole à Toulouse, où des incidents avaient déjà eu lieu la veille. Rassemblés en face de l'Hôtel de ville, ces jeunes, pour la plupart, qui ont lancé des bouteilles sur les gendarmes mobiles ont été dispersés peu avant 23 heures à l'aide gaz lacrymogènes. Ils avaient auparavant incendié des poubelles. Vingt deux interpellations ont eu lieu. Plus de 60 de voitures ont par ailleurs été incendiées dans la soirée principalement dans les quartiers sensibles du Mirail, de La Reynerie et de Bagatelle.


A Lille, des heurts ont opposé lundi soir manifestants et forces de l'ordre pour la deuxième nuit consécutive, où plusieurs dizaines de véhicules et poubelles ont été incendiés et des vitrines de magasins sérieusement abimées. Le mouvement de plus de 100 jeunes a été cassé peu avant minuit au moyen de gaz lacrymogène. Au moins six personnes ont été interpellées.


A Caen, 800 manifestants ont défilé dans la soirée dans les rues de la ville avant de s’éparpiller.


sébastien sabattini