Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Marie Galante, la Grande Galette,

troisième isle des Antilles françaises!


Rédigé le Mardi 23 Novembre 2010 à 09:09 | 0 commentaire(s)
Lu 10320 fois

Troisième isle des Antilles françaises, Marie Galante est éloignée de la Guadeloupe de 30 kilomètres, sa superficie n'est que de 158 kilomètres carrés.


Marie Galante, vue de satellite
Marie Galante, vue de satellite

Toute ronde, toute belle, Marie Galante ou Touloukaéra, terre des Arawaks.

Marie Galante est une isle située à 30 kilomètres de la Guadeloupe proprement dite. Elle a une belle histoire comme la plupart des isles de la région. Les Arawaks l'appelaient Touloukaéra qui l'occupèrent depuis le 3éme siècle de notre ère avant les Caraïbes qui débarquèrent au 9éme siècle. Ceux ci l'appelèrent Aïchi mais aussi Aulinagan, (terre à coton).

Les indiens cultivaient les plantes médicinales et le manioc. C'étaient également des pêcheurs et des fabricants de céramiques. Dans des grottes de Marie Galante l'on a retrouvé des pétroglyphes ainsi que des objets à caractères religieux.

Marie Galante a une superficie de 158 kilomètres carrés pour 84 kilomètres de côtes. Isle plate, elle compte néanmoins un morne de 204 mètres de hauteur, point culminant de l'isle. L'isle compte 13.470 habitants, (décompte de 2004), alors qu'en 1946, Marie Galante comptait 30.000 Habitants ?

Marie Galante compte trois communes, groupées en communauté de communes, (la première crée dans un département d' outre mer), Saint Louis, Grand bourg et Capesterre.

Son environnement.

Marie Galante, la Grande Galette,
La Grande Galette est toute ronde, son diamètre approche les 15 kilomètres. L' isle est calcaire, vallonnée et soumises à l'alizé aux cyclones et aux nombreux tremblements de terre.
Une haute falaise borde le nord de l'isle. La Barre, faille de séparation entre le nord et et le reste de l'isle se différencie de la Basse Terre, située à l'est de la Grande Galette. Deux rivières coulent tranquillement sur le plateau, ce sont les rivières de Vieux fort et de Saint louis. Puis, une pente court vers la plaine du littoral. Cette pente longe l'océan Atlantique, protégée par la barrière de corail, les ''Cayes''!

Les hommes ont au cours du temps dégradé le monde animal et le végétal terrestre. A l'ouest de l'isle, heureusement, les récifs servent d'habitations au coraux à 20 mètres de profondeur. De grands herbiers de Phanérogames marines, ont peuplé les fonds, ( phanérogames ou spermatophytes, vient du grec, phanéros, visible et gamos, union des sexes).

Un peu d'histoire

Christophe Colomb
Christophe Colomb
Christophe Colomb aurait abordé l'isle de Marie Galante par l'anse Ballet et la baptisa du non de sa caravelle ''Maria Galanda'', Marie Galante! Les français s'installèrent en 1648 à Vieux Fort à peine une cinquantaine sous les ordres du gouverneur Charles Houel. Un deuxième fort vit le jour en 1653 à Grand Bourg. La vie était extrêmement difficile avec des attaques incessantes des indiens Caraïbes, jusqu'en 1.660 année d'un traité de paix entre les indiens et colons à Basse - Terre ! C'est pendant cette moitié du 17éme siècle, que les esclaves furent introduits à Marie Galante. Des hollandais e, exil, s'installèrent également à Marie Galante en apportant leurs techniques de la culture de la canne. L'on dit qu'en 1671, 57% de la population étaient constituée d'esclaves.

Les hollandais firent trois razzias sur Marie Galante, enleva la population et pilla les installations. Après les Hollandais, se furent les anglais qui attaquèrent l'isle par 5 fois. e, 1790, 9.400 esclaves, constituaient le gros de la population sur 11.500 Marie Galantais.

L'économie de Marie Galante

Les colons développèrent la culture du tabac de l'indigo, du coton et du café, mais le 17éme siècle, la canne est devenue la plus importante source de revenus. L'isle de Marie Galante, devint ''l' isle aux cent moulins'', elle arriva à se maintenir malgré l'abolition de l' esclavage et les crises sucrières! En 1818, la centaine de moulins broyaient la canne de l' isle, son jus était transformer soit en sucre, soit en rhum. Les moulins fonctionnaient avec des boeufs, puis petit à petit, les moulins à vent se construisirent u peu partout sur l' isle, concurrencés très vite eux mêmes par les moulins à vapeur dans les années 1880 ! Le 19éme siècle, fut le siècle des restructurations, les petites entreprises, fusionnant laissant la place à des usines sucrières,cinq sites regroupaient toute l'activité! en 1931, 18 distilleries étaient en production, les grandes plantations ont laissée la place aux petites exploitations agricoles organisée en coopératives.
En ce début du 21éme siècle, restent, une sucrerie, (Grande Anse), trois distilleries, (Bellevue, Bielle, Poisson). Le rhum blanc agricole est une appellation d'origine contrôlée. Peut être que la production du sucre biologique pourrait se développer si les subventions ne sont pas supprimées!



Jean-Jacques Coudiere