Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Le judoka guadeloupéen Teddy Riner médaille de bronze

'Maintenant ce sera vacances en guadeloupe'


Rédigé le Vendredi 15 Août 2008 à 13:36 | 0 commentaire(s)
Lu 5425 fois

Attendu pour l'or après une saison 2007 marquée par des titres européen et mondial, Teddy Riner, 19 ans, a décroché le bronze, vendredi à Pékin. Le poids lourd tricolore, content de sa performance, estime avoir voulu trop bien faire dans la matinée, certain que l'expérience de ses premiers Jeux Olympiques lui servira pour la suite de sa carrière.


Teddy riner
Teddy riner

Riner : je suis content

Troisième pour vos premiers Jeux, quel est votre sentiment ?
Je suis très content, ça a été dur, ça a été une grosse journée. J'ai une petite déception quand je perds le combat, car je n'aime pas perdre sur une pénalité, c'est énervant. Mais je me suis remis dedans et au bout il y a une médaille. J'ai 19 ans, je suis junior, en plus j'ai essayé, je n'ai aucun regret. Pour un junior, je m'en tire pas mal. On se remet au travail et on essaiera d'aller chercher sur la prochaine olympiade une autre couleur de médaille. Je sais que je dois encore travailler sur tout, pour être précis, fort, ne rien lâcher.

Ce combat perdu contre Tangriev, il vous reste en travers de la gorge ?

Disons qu'il a été malin et que les arbitres sont tombés dans le panneau. Je retiendrai d'ailleurs qu'il y a eu beaucoup d'erreurs d'arbitrage tout au long de la compétition, ça veut dire qu'il faut encore travailler pour être au-dessus de ça.

Que vous a-t-il manqué pour remporter ce combat ? Du vice, du métier ?
J'ai beaucoup appris de ce combat. La prochaine fois, ce sera à moi d'être un peu plus sur l'attaque. Mais je n'ai pas envie d'être un combattant qui a du vice et de la ruse. La prochaine fois, à moi de le mettre ippon et de ne pas dépendre des arbitres.

Qu'avez-vous dit à l'oreille du Géorgien Gujejiani quand vous l'avez immobilisé lors du combat pour la troisième place ?
Je lui ai dit: «Allez bats-toi». Il avait une douleur à l'épaule, je lui dis en anglais: «Lâche pas, fight fight, fight !» Je me suis excusé à la fin, parce que ce n'est pas de sa faute mais il est blessé.

Et que vous êtes-vous dit au moment de monter sur le tapis ?
Vous l'écrivez, hein ?: «Pose tes couilles sur le tapis.»

"J'étais un challenger"

Avez-vous quand même des regrets au final ?
Non, parce que j'ai tout essayé. Je ne suis pas d'accord avec les arbitres parce que c'est lui qui doit prendre un shido sur le combat, c'est pas moi, mais c'est derrière et je pense à mes vacances.

On vous a senti crispé ce matin ?
Pas crispé, j'étais surtout impatient que ça commence, j'avais la rage de vaincre. Il n'y avait pas énormément de stress, plutôt le trac de mal faire. C'était vouloir bien faire, ne pas avoir de regrets et être précis. A la fin du compte, ce que je retiens de cette journée, c'était plutôt ma deuxième journée (sic), où il faut tout lâcher et ne rien laisser passer. J'ai vécu deux journées en une, une un peu plus difficile le matin et une où j'étais relâché l'après-midi. Si je fais une prochaine olympiade, il faut tout lâcher.

Parce que vous doutez de votre présence dans quatre ans à Londres ?
On ne sait jamais ce qui peut arriver, une blessure c'est si vite arrivé, je préfère toucher du bois.

Vous visiez quand même l'or, non ?
Oui j'étais venu pour l'or, mais bon, c'est derrière, j'ai eu le bronze. Regardez Tmenov, il n'a rien, et c'est un grand champion, moi j'ai une médaille, je suis content.

Vous arriviez auréolé de vos titres de champion d'Europe et du monde, ce n'était pas pesant ?
Je peux vous assurer que quand je suis arrivé, je ne pensais pas du tout à mes titres, ça il faut le mettre derrière, c'est d'autres journées, j'étais un challenger. Il y a quatre mecs qui peuvent monter sur le podium, j'y suis monté.

"David, c'est un bon exemple"

Vous y êtes monté en brandissant une photo, peut-on savoir de qui était-elle ?
C'était mon meilleur copain, Fred Escalante (judoka également, victime d'une maladie, ndlr), je lui avais promis que j'allais chercher la médaille pour lui. C'est pour montrer à tout le monde qu'une maladie, c'est si vite arrivé, ça peut arriver à n'importe qui. Je suis très heureux qu'il soit monté avec moi sur le podium.

Vous avez ensuite discuté avec vos parents, qui étaient dans les tribunes, au téléphone, que vous ont-ils dit ?
Félicitations mon grand ! On est très fiers de toi !

Et qu'avez-vous pensé sur ce podium ?
J'avais le regard vide, j'étais content ! Je tiens à dédicacer cette médaille à tout le monde, mes coaches, ma famille, mes sponsors, tous ceux qui y ont contribué.

On vous a vu adresser un signe à David Douillet, que lui disiez-vous ?
Il me disait félicitations, il me disait de sourire un peu, il est content pour moi. C'est un grand champion, pour l'instant, je ne suis pas encore à sa cheville. C'est un bon exemple.

Qu'est-ce qui fait la différence entre les Championnats du monde et les Jeux ?
C'est que les petits pays ne lâchent rien, c'est tout le monde qui met sa vie.

Et entre vous et les deux qui vous devancent sur le podium ?
The next fight !

Le programme maintenant ?
Vacances ! A mon avis, vous me trouverez certainement avec un jet-ski ou un bateau dans les mains !

Le judoka guadeloupéenTeddy Riner lors de son combat victorieux pour la médaille de bronze aux JO de Pékin, le 15 août 2008
Le judoka guadeloupéenTeddy Riner lors de son combat victorieux pour la médaille de bronze aux JO de Pékin, le 15 août 2008

INTERNOS : Teddy Riner, nous, nous ne sommes pas décu !

Le judoka guadeloupéen Teddy Riner médaille de bronze
Bien sur que l'on espérait l'or pour le representant de la Guadeloupe, champion du monde en titre, il a semblé imbattable jusqu'à ces JO et puis la France est tellement en manque de grands champions, des vrais, de ceux qui travaillent et qui se demènent pour gagner, que de voir notre grand champion guadeloupéen en bronze peut provoquer quelques déceptions...

pourtant, n'oublions pas qu'il a 19 ans, il est programmé pour les prochains JO depuis des années et il ramène déjà une médaille de bronze olympique ce qui n'est pas rien, être sur le podium à son âge dans la catégorie des + de 100 kg en judo est un véritable exploit.

Bonne vacances et woulo


sébastien sabattini