Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Le créole retrouve ses lettres de noblesse


Rédigé le Jeudi 29 Mars 2007 à 18:54 commentaire(s)
Lu 2640 fois

Et si le créole devenait au même titre que l’économie ou la politique un moyen de relier la Guadeloupe aux autres îles de la Caraïbe ? C’est l’une des idées ressortie de la table ronde organisée autour de l’enseignement du créole en Guadeloupe à l’IUFM de Pointe-à-Pitre, mardi 27 et mercredi 28 mars.


Linguistique, anthropologie, sociologie et même intermède musical : une table ronde autour de l’enseignement du créole s’est tenue à l’institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) de Pointe-à-Pitre mardi 27 et mercredi 28 mars. Outre la visite de terrain et les débats techniques autour de l’enseignement du créole, autour des lacunes méthodologiques et en terme d’outils d’instruction, le créole s’est présenté comme un langage capable de réunir la Caraïbe bien plus aisément que l’économie ou la politique.

La Dominique et Sainte-Lucie représentées
Qu’il s’agisse des témoignages de la chanteuse Ophélia ou de Lyndy-Ann Alexander, professeur de français et de créole à Sainte-Lucie, la perception de l’idiome est la même partout dans la Caraïbe. Avec l’industrialisation croissante des pays créolophones caribéens, le recul de l’agriculture, la démocratisation de l’enseignement, le créole a été repoussé dans les bas fonds de l’expression populaire. L’idiome a connu les mêmes problématiques dans l’ensemble de la zone.
Depuis une dizaine d’années, il retrouve ses lettres de noblesse. ''Les instances éducatives ont suivi le mouvement'', note Daniel Barreteau, coordonnateur de la table ronde et du projet AREC-F. "La Guadeloupe, en matière de travaux, de recherche mais aussi d’intérêt et d’application concrètes, peut jouer un rôle de modèle du fait du dynamisme local autour du créole'', note-t-il encore. Pour peu qu’un véritable réseau interrégional se mette en place.

Les jalons d’une unité caribéenne sont posés

Le projet d’atelier de recherche sur l’enseignement du créole et du français dans l’espace américano-caraïbe (AREC-F) est animé par l’Institut de recherche pour le développement (IRD), représenté mercredi par Roger Bambuck, directeur de la délégation à l’outre-mer, par l’université Antilles-Guyane et l’université d’Etat d’Haïti. L’objectif est de favoriser les échanges dans l’espace américano-caraïbe autour des questions de pratiques et d’enseignement du créole et du français, de développer et de valoriser des recherches dans ce domaine.
Les journées d’étude ont été et continueront d’être organisées dans les différentes régions. Les acteurs visent la pérennisation voire l’érection d’un séminaire caribéen sur le créole. Il s’agit, in fine, de parvenir à un réseau interdisciplinaire sur les langues et les cultures.



Dominique Urbino