Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Le LKP mobilise 500 personnes en Guadeloupe pour son meeting


Rédigé le Samedi 27 Juin 2009 à 16:59 | 0 commentaire(s)
Lu 1256 fois

Environ 500 personnes ont assisté vendredi soir à Pointe-à-Pitre à un meeting du LKP qui, avec une manifestation prévue samedi dans la même ville, constitue le point d'orgue de la "semaine de mobilisation" décrétée par le collectif.


Elie Domota
Elie Domota

TOUS les élus guadeloupéens sont devenus sarkozystes

Tous les orateurs, qui se sont exprimés en créole durant plus de trois heures, ont fustigé les "relents de colonialisme", selon eux, du discours prononcé dans l'après-midi par Nicolas Sarkozy lors d'une réunion des états généraux de l'outre-mer à Petit-Bourg.

"Tous les élus guadeloupéens sont devenus sarkozystes", a affirmé un syndicaliste paysan, qui avait préalablement fait observer que "le patronat paysan" adhère au LKP, en leur reprochant leur concordance de vues avec le discours du président de la République.

Elie Domota, le principal porte-parole du LKP et secrétaire général de la centrale syndicale indépendantiste UGTG, ne s'est pas exprimé vendredi soir. Il avait participé dans la journée, durant la visite dans l'île de M. Sarkozy, à une "réunion des syndicats anti-colonialistes" des départements français d'Amérique avec des homologues venus de Martinique et de Guyane.

La "semaine de mobilisation" décrétée par le LKP n'a donné lieu qu'à une mobilisation relative, avec le blocage de moins d'une dizaine de stations-services, l'occupation pendant quelques heures d'un immeuble du Pôle emploi, et le déploiement de représentants syndicaux venus renforcer les piquets de grève de la dizaine d'entreprises affectées par la revendication pour "l'application de l'accord Bino initial".

Cet accord prévoit la prise en charge par les entreprises, dans trois ans, des 200 euros d'augmentation salariale actuellement financés partiellement par l'Etat (100 euros) et les collectivités (50 euros). L'accord a été étendu à toutes les entreprises locales par le ministre du Travail sans la "clause de convertibilité" applicable dans trois ans.

Source : AFP


sébastien sabattini