Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

La violence en Guadeloupe

Elle est devenue inhérente à la vie de chaque jour


Rédigé le Mardi 11 Août 2009 à 07:49 | 0 commentaire(s)
Lu 3945 fois

Chaque jour je suis confronté à la violence, des bande de jeunes au dessus des lois, les drogués au crack vous faisant le coup du rasoir pour 10 euros, etc...Monsieur Lurel a raison il faut réagir et vite, si nous voulons que la paix et la fraternité, continue de coexister en Guadeloupe.


Que de questions serions nous en droit de poser ?

Photo guadeloupe et Gendarmerie
Photo guadeloupe et Gendarmerie
Je me sens responsable avec l'ensemble de la collectivité guadeloupéenne de cette violence journalière et de plus en plus meurtière, la jeunesse ne se rend même plus compte qu'elle vit au milieu de cette violence, elle se l'est accaparée, assimilée. J'ai assisté à une projections de courts métrages de jeunes d'un collège de la côte sous le vent. Durant plus d'une demi heure, je n'ai vu ques meurtres aux fusils, aux couteaux, jeunes filles et jeunes gens s'étripant avec une conviction proche de la réalité. J'ai été particulièrement choqué, j'ai voulu dialoguer avec eux, leur demander pourquoi cette violence qu'ils exprimaient à travers ces courts métrages, il doit bien y avoir une raison psychologique, aux thèmes de ces courts métrages, je les ai ressentis comme une sorte névrose de la part de ces jeunes qui par ailleurs sont tous à fait dans la norme, poursuivant des études satisfaisantes, entrant en université pour la plupart ! J'ai dérangé ces jeunes avec mes questions, je n'était pas loin de croire qu'à la limite je les avais blessés, l'un des jeunes cinéastes plus sensibles que les autres, m'a même cloué le bec en me répondant que la prochaine fois, il tournerait un western !
Est - ce mon âge, mon éducation qui bloquent ma compréhension envers les motivations de ces jeunes ?

La Région a organisée durant quelques dimanches des jeux nautiques pour les enfants, à Bouillante, contrôlés par des spécialistes de la sécurité. Ces jeux nautiques ont draînés durant tous ces dimanches une dizaine de jeunes marginaux, insultants, provoquant, buvant de l'alcool, fumant de l'herbe, sans aucun souçis, dérangeant la clientèle du restaurant tout proche, par l'odeur dégagée, un rien aurait fait exploser la situation, c'est visiblement ce qu'ils attendaient ! Ces jeunes marginaux sont devenus un danger permanent dans nos villes, dans nos sections. Devront nous nous terrer dans nos cases, nos enfants pourront ils encore sortir sans peur ? Nous ne pouvons plus leur parler, ce serait une provocation en leur endroit ! Faudra - t - il monter des sections de volontaires, de voisins pour une surveillance tous azimut avec tous les risques de dérapages que cela comporteraient ? Je suis persuadé que nous ne somme pas loin des situations sociales des banlieues des grandes villes.

Que font les sociologues, les psychologues, nos hommes politiques, nos enseignants, comment pourraient ils développer des pistes pour remédier à ces problèmes ? Il n'est jamais trop tard pour s'aimer, de revenir à une situation de fraternité, de compréhension entre tous.

Monsieur Victorin Lurel, président de la Région Guadeloupe, s'inquiète de cette situation, comment pense - t - il agir, avec qui ? Les parents ont une grande responsabilité dans l'éducation de leurs enfants, en Guadeloupe, trop de femmes seules avec plusieurs enfants, difficultés de vie, financières, d'éducation. Nous voyons actuellement une grande partie des jeunes qui ont oublié les principes de la politesse, indéniablement c'est la faute des parents, la politesse est à l'origine de la tenue en société. Il faudra qu'en Guadeloupe, un coloque géant soit organisé pour réfléchir à cette situation, à cette poudrière. Je pense que chacun devra y participer, les hommes politiques bien sûrs, les députés, les maires, les sénateurs, les conseillers généraux et régionaux, mais aussi nos sommités religieuses qui ont un rôle à jouer au même titre que les autres, eux qui prêchent l'amour chaque dimanche, les enseignants, loin des discours insipides et répétitifs, des parents, des associations sans ostracisme, de tous ceux désireux de faire changer les choses dans notre archipel !

N'attendons pas, agissons !










Jean-Jacques Coudiere