Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
Guide de Guadeloupe

La Guadeloupe terre d'asile pour les tortues et les iguanes


Rédigé le Vendredi 1 Février 2013 à 08:00 commentaire(s)
Lu 1896 fois


Tortue de Guadeloupe
Tortue de Guadeloupe
Au contraire de la Martinique et des autres isles de la Caraïbe, la Guadeloupe n'a pas de reptiles dangereux pour l'homme. Par contre l'archipel dispose  une multitude de petits lézards avec l'anoli et le mabouya. L’anoli, une espèce curieuse de tout, les touristes les rencontreront partout. Le long d'un meuble ou sur un mur de l’intérieur de la case ou d'une pièce de  l’hôtel, se défilant dès qu'on approche. Le mabouya,  attiré par la lumière envahissant  les habitations à la nuit tombée jette son cri rauque  surprenant. 
 
Le roi des lézard en Guadeloupe est incontestablement cet inoffensif et imposant lézard de 1 mètre 60 et de plus ou moins 15 kilogs, l'Iguane.  La peau complètement recouverte d'écailles, il en existe deux sortes sur l'archipel, bougrement spectaculaire, l'iguane, il se fait admirer par des épines sur le haut de la tête ressemblant à une crête. L'iguane peut être terrestres ou marins, principalement  végétarien mais également amateur de mouches ou d'autres insectes. Placide, l'iguane terrestre  reste  plusieurs heures sans bouger, immobile, il reste  seuls ou quelques fois en famille. Ne vivant pratiquement que la journée, la particularité de sa peau le fait échapper à ses prédateurs!
 
Une autre particularité de l'iguane, c'est son oeil pinéal, (3éme oeil), placé judicieusement sur la tête au niveau du dos. Petit oeil grisatre avec l'absence de paupière, il faut être attentif lors de manipulations dans la zone décrite. Cet oeil pinéal est en fait un système de défense sophistiqué qui l'informe d'une attaque éventuelle d'un prédateur ainsi que l'intensité des rayons lumineux.
 
La Guadeloupe possède également de nombreuses variété de tortues terrestres et marines. En voie de disparition, elles sont protégées par des mesures importantes émises par les autorités. Les grosses tortues terrestres, les **molokoï**, importées jadis par les arawaks. Les tortues marines sont également protégées, plusieurs associations en prennent grand soi, surtout aux moments de la ponte, particulièrtement à Malendure sur la Basse Terre, lieu de prédilection des tortues marines. Si vous plongez également à l'islet Kahouanne vous risquez de rencontrer des tortues marines.


Jean Jacques Coudière