Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

L'épidémie de dengue recule en Guadeloupe

Point de situation du 12 décembre 2007


Rédigé le Vendredi 14 Décembre 2007 à 07:14 commentaire(s)
Lu 4343 fois

L’épidémie de dengue en Guadeloupe continentale décroît rapidement. Si cette tendance se poursuit, la fin de l’épidémie pourrait être observée début janvier 2008.
Au cours de la première semaine de décembre (semaine 48), le nombre de cas cliniques évocateurs de dengue poursuit sa décroissance, avec environ 230 cas estimés. La décroissance observée depuis l’acmé de l’épidémie est plus rapide que la phase de croissance. Depuis le début de l’épidémie, le nombre de cas cliniquement suspects est estimé à 9600.


Hospitalisations

Evolution épidemie de dengue en Guadeloupe
Evolution épidemie de dengue en Guadeloupe
Depuis le début de l’épidémie, 252 cas de dengue biologiquement confirmés ont été hospitalisés (figure 3). Le taux d’hospitalisation depuis le début de l’épidémie est de 2,6 %.
Du début de l’épidémie jusqu'à fin octobre, les enfants âgés de 15 ans et moins ont représenté 44 % des cas de dengue biologiquement confirmés hospitalisés. Cette proportion ne diffère pas significativement depuis début novembre (54 %).

Gravité de l’épidémie Depuis le début de l’épidémie

surveillance hebdomadaire de l'épidémie de dengue
surveillance hebdomadaire de l'épidémie de dengue
Parmi les adultes hospitalisés, 48% ont présenté une dengue commune et 52% une forme grave2 de la maladie, dont 5 % sont des formes hémorragiques ou des formes avec syndrome de choc, 22 % des formes hémorragiques incomplètes, et 25 % des formes sévères. Parmi les enfants hospitalisés, 55% ont présenté une dengue commune et 45% une forme grave de la maladie, dont 11 % sont des formes hémorragiques ou des formes avec syndrome de choc, 9 % des formes hémorragiques incomplètes, et 25 % des formes sévères.



sébastien sabattini