Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
Guide de Guadeloupe

Jé Bwa, les traces de l'eau


Rédigé le Jeudi 3 Mai 2007 à 00:00 commentaire(s)
Lu 6582 fois

An tan lontan, (jadis), nombreuses étaient les traces à travers les mornes et les forêts pour aller jusqu'aux sources ou rivières. La quête de l'eau était une tâche journalière, une nécessité vitale!


Jé Bwa, la redécouverte de la vallée de Beaugendre.

Ils s'enfoncèrent dans la forêt
Ils s'enfoncèrent dans la forêt
Lundi premier mai 2007, Jé Bwa avait mobilisé une cinquantaine de personnes pour une marche de trois heures à travers la montagne et la forêt. Le but, était de retrouver la trace d'antan, que les femmes et les enfants empruntaient chaque jour, pour laver le linge et faire provision d'eau potable pour la journée.
Beaucoup de ces marcheurs, (beaucoup de femmes), étaient de corvée, il y a encore une quarantaine d'années. Parti de Village en haut de Bouillante, ils atteignaient avec difficultés la vallée de Beaugendre à Vieux Habitants. Ils s'en souvenaient encore des cris, des accrochages entre enfants, des embuches, des chutes, du lavage de leur linge sur les pierres plates de la rivière Beaugendre.
Leurs souvenirs plein la tête, ils s'enfoncèrent en choeur sur le sentier de l'eau! Ils entendaient le bruit de marteau piqueur des pics sur les troncs pourris et le bruit caractéristique des oiseaux mystérieux de la forêt.

Jé Bwa, scènes journalières des années 1960!

Les marcheurs débouchant sur la rivière
Les marcheurs débouchant sur la rivière
Près de trois heures de marche, dans un sentier difficile, accidenté et glissant pour déboucher enfin sur la rivière Beaugendre, prise soudain d'une fièvre ancienne, aux sons du ka, (tambour), les femmes et les enfants de la rivière, chantaient, accompagnant en choeur le tanbouyé, (joueur de tambour), tout en vacquant à leurs occupations.
Le temps ancien avait soudainement ressurgi mis soigneusement en scène par l'association Jé Bwa. Quelques adhérents, leurs enfants, accompagnés de membres plus âgées, procédaient à la répétition de la vie de tous les jours, il y avait encore quarante ans!
La troupe de marcheurs, interloquée, étonnée, stoppa net sur le haut de la berge, pour contempler la scène.

Jé Bwa, un spectacle bien rodé!

La porteuse de linge
La porteuse de linge
Tous les souvenirs ressurgirent en un instant, ces mamans et grand mères, même, qui avaient été actrices de ces années là, se revoyaient brutalement à dix, douze ans, porter l'eau sur la tête, frotter le linge au savon de Marseille!

Jé Bwa, les corvées de linges

Les lavandières
Les lavandières
An tan lontan, les enfants aidaient les mamans et les grands mères à laver le linge. Le linge était frappé contre les pierre plates de la rivière après avoir été mouillé, puis, frotté au savon de Marseilles, encore frotté sur les pierres plates. Travail difficile, fatiguant pour ces femmes, qui avaient tant de responsabilités!
Le linge était rincé à l'eau vive et courante de la rivière, puis étendu pour séchage sur les plus grosses roches au milieu de la rivière.
Sur la berge plate, une grosse bassine était posée, le fond couvert de cendres de bois et mélangées à l'eau de la rivière. de temps en temps, les lavandières, aspergeaient le linge étendu de cette eau cendrée. Cette manière de faire, permettait de blanchir le linge, grâce aux cendres contenues dans l'eau d'aspersion!

Jé Bwa, le portage de l'eau

La porteuse d'eau
La porteuse d'eau
Cette marcheuse a retrouvé ses gestes de petite fille, quand elle venait ici tous les jours chercher de l'eau, en remplissant sa kalbas (callebasse), jusqu'à ras bord. Elle venait accompagnée d'autres enfants ayant les mêmes tâches.....et gare, si en chahutant, la kalbas se vidait, alors, il fallait vite retourner à la rivière, si non, ça grondait à la maison!

Jé Bwa, la rivière Beaugendre retrouve son calme!

La rivière Beaugendre
La rivière Beaugendre
Plus de midi, les marcheurs sont repartis par le même chemin, encore trois heures de marche dans l'autre sens.
La rivière Beaugendre, elle a retrouvé son calme, ses eaux courent en musique entre les roches jusqu'à la mer qui va l'accueillir!


Sébastien Sabattini