Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Homicide de Jacques Bino : meurtrier présumé du syndicaliste mis en examen et écroué

Le meurtrier présumé aurait été persuadé de tirer sur une voiture banalisée de patrouille de la brigade anti-criminalité


Rédigé le Dimanche 1 Mars 2009 à 04:14 | 0 commentaire(s)
Lu 1682 fois

Ce sont effectivement les munitions hors normes en Guadeloupe utilisées par le meurtrier de Jacques Bino et retrouvé en nombre dans l'apprtement Ruddy Alexis qui ont poussé le procureur à sa mise en examen pour meurtre et tentative de meurtre


Funérailles de Jacques Binon le 22 février 2009 à Petit Canal près de Pointe-à-Pitre
Funérailles de Jacques Binon le 22 février 2009 à Petit Canal près de Pointe-à-Pitre
Un Guadeloupéen de 35 ans, meurtrier présumé du syndicaliste Jacques Bino dans la nuit du 17 au 18 février à Pointe-à-Pitre, a été mis en examen samedi soir pour meurtre et tentative de meurtre et écroué, a annoncé le procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

Ruddy Alexis, sans emploi régulier et déjà condamné à trois reprises pour violences et faits de violences, a également été mis en examen pour association de malfaiteurs, violences aggravées et entrave délictuelle à la circulation, a précisé le procureur, Jean-Michel Prêtre.

Selon lui, des munitions du même type et de la même marque que la balle à ailettes de type Brenneke et de calibre 12 qui a mortellement atteint le syndicaliste ont été retrouvées "en grand nombre" au domicile du tireur présumé.

"Des éléments concordants laissent à penser que celui qui a tiré était persuadé de le faire sur une voiture banalisée de patrouille de la brigade anti-criminalité" de la police, avait indiqué le procureur lors d'une conférence de presse samedi après-midi.

Selon lui, des témoignages recueillis au cours de l'enquête décrivaient "une personne en train de tirer, très posément, en épaulant son arme".

Depuis 15 jours, des rumeurs accusaient les forces de l'ordre de bavures policières

Sources

AFP


sébastien sabattini