Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Guadeloupe, help, à vos porte monnaies

Nous marcherons bientôt à pieds


Rédigé le Mardi 24 Juin 2008 à 10:21 | 0 commentaire(s)
Lu 3559 fois

L'essence à 1 Euro 50 le litre, dès ce soir, il faut l'admettre les temps ont changé, c'est une autre époque, les déplacements devront être réfléchis, numérisés. La marche à pieds retrouvée pour le plus grand nombre, et les transports en commun sur la Basse-Terre plus efficaces pour transporter plus de passagers!


En cas de besoin, nous retrouverons les boeufs de Guadeloupe. Photo Carribenguide
En cas de besoin, nous retrouverons les boeufs de Guadeloupe. Photo Carribenguide

Un nouvel espace vital.

Le choc pétrolier, va avoir au moins quelque chose de positif, que cela va aller dans le sens du développement durable, moins de pollution car moins de véhicules en circulation. Galéjade, vous croyez, comment ferez vous pour allez travailler tous les jours à Jarry ou à Basse-Terre, environ 100 kilomètres aller retour, 8 litres au cent kilomètres en moyenne, résultante, 12 Euros par jours, galéjade, awa, 12 euros jours multipliés par 5 jours de travail, égal 60 Euros par semaine, soit, 240 Euros par mois, galéjade? iI ne serait plus possible aux travailleurs et employés ordinaires de rejoindre leur travail avec leur véhicule personnel, seuls les cadres en seront capables.

Les transporteurs, particulièrement en Basse -Terre, doivent se remettre en question, avec des horaires constants, précis, les travailleurs de Jarry ou de Basse - Terre, n'ont pas de temps à perdre avec des arrêts intempestifs ou des horaires farfelus! Ces transporteurs vont rapidement voir leur clientèle augmentée, ce qui va booster leur entreprise, certainement déboucher sur de l'embauche de personnel. Les écologistes se réjouissent déjà, le pétrole cher est une chance pour la régénération de l'air. Le développement durable passera par l'obligation du transport collectif!

navette maritime passagers. Photo TPM-Agglo
navette maritime passagers. Photo TPM-Agglo

Une navette maritime entre les communes du nord Basse-Terre.

Des hommes politiques de guadeloupe, dont Victorin LUREL, Jean-Claude MALO, en autres, avaient eu en leur temps des idées futuristes qui arrivent à point. Une de leurs idées était de transporter les travailleurs de Sainte Rose ou de Deshaies jusqu'à Basse-Terre par navette maritime, c'est le bon plan. Une navette transportant plusieurs centaines de passagers vers la capitale de la Guadeloupe, en s'arrêtant sur le port de Deshaies, de Pointe Noire, de Bouillante, de Vieux Habitants, de Baillif et de Basse-Terre et retour, reviendrait sans doute moins cher que plusieurs lignes de transporteurs routiers. Ceux ci devraient être associés à la réalisation de navette maritime sur le plan financier et en retirer un juste bénéfice.

Il faut des infrastructures, est -ce si difficile que cela, les fonds pourraient être mixtes, Etat, Région, Privés, les opérations pourraient être rapidement menée pour le bien du nord Basse-Terre! une compagnie privée pourrait gérer ce transport en commun

Le tramway à pneus, écologique, silencieux! Photo Transbus
Le tramway à pneus, écologique, silencieux! Photo Transbus

On en parle, le tram en Guadeloupe.

Les solutions se présentent avec plus d'accuité qu'au paravant, il faudra beaucoup de responsabilités à nos hommes politiques pour choisir les meilleurs moyens de transports, les plus économiques, les moins polluants. il nous semble que le conseil Régional et le Conseil Départemental sont largement capables d'apréhender les idées du futur proche!

Le tramway est une solution dont beaucoup parle aujourd' hui, je ne sais si Basse-Terre est appropriée pour desservir la capitale, mais à coup sûr Pointe à Pitre et ses villes satellites, me parraîssent logiquement correspondre à un tracé de 'tram'' desservant les populations de Baie Mahault, des Abymes et de Pointe à Pitre. Ce dossier ne doit pas mourir, faisons confiance à nos dirigeants.


Jean-Jacques Coudiere