Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
Guide de Guadeloupe

De l'huile de friture comme carburant à Dehaies

Une véritable petite usine de recyclage des huiles usagées découverte


Rédigé le Mardi 19 Août 2008 à 05:17 commentaire(s)
Lu 5909 fois

Un marin pêcheur de la commune de Deshaies a été arreté par les force de l'ordre pour utiliser de l'huile de friture comme carburant dans son bateau


De l'huile de friture comme carburant à Dehaies
Gendarmes, douaniers, agents de la Direction de la Santé, services vétérinaires et services maritimes sont present pour arreter le marin pêcheur et confisquer l'ensemble du matériel permettant de recycler de l'huile végétale.
Le marin pêcheur utilisait cette huile pour son véhicule personnel et son bateau, plus de 2500 litres ont été découvert sur place, il n'est pas interdit de recycler ses huiles mais de les utiliser comme carburant, taxe oblige !

De l'huile de friture comme carburant à Dehaies

Législation française sur l'huile végétale utilisée comme carburant

C'est interdit parce que :

  • La carte grise du véhicule concerné indique gazole pour ce qui est du carburant, donc l'huile végétale n'est, en théorie, pas utilisable en France… au même titre que les EMHV et autres biodiesels ou diesters.

  • Les véhicules diesel sont assurés pour rouler au gazole uniquement, ainsi en cas d'accident grave (où les experts iront vérifier le carburant utilisé, autrement dit, en cas d'accident où une vie a été en jeu) il se peut que cela se retourne contre le conducteur du véhicule. De plus, en cas de modifications du moteur (pour rouler à 100 % d'HVB par exemple), la voiture peut ne plus être homologuée. Cependant, certaines personnes se sont vues autoriser explicitement par leur assureur la possibilité de rouler à autre chose que du gazole et à modifier leur moteur avec des kits officiels, souvent sous la condition que ceux-ci soient montés par un professionnel.

La France ne s'est pas conformée à la directive européenne de 2003 (2003/30/CE) concernant les biocarburants, considérant encore l'usage de l'huile végétale carburant comme illégale pour toute utilisation en dehors d'une exploitation agricole auto-productrice (position officielle très récente, à confirmer avec des textes juridiques).


Toutefois d'apres Loi d’orientation agricole du 5 janvier 2006 qui autorise l'usage de l'HVP aux agriculteurs et pécheurs sous conditions.

En clair, l'usage de l'HVP n'est autorisé que pour les agriculteurs, les pécheurs et les collectivités territoriales sous protocole.
Cette interprétation restrictive de l’usage des huiles végétales n’est due qu’au retard pris par la France dans la transposition de la directive européenne sur les biocarburants.

Fabrications et problèmes de ce process

Comparaison huile de tournesol / diesel
Comparaison huile de tournesol / diesel
Après pressage simple dans une machine assez rudimentaire, l'huile est décantée puis filtrée pour être utilisée directement comme carburant. Le rendement de pressage est de 30% à 40% d'huile pour 60% à 70% de tourteaux (résidu pâteux). L'écobilan est très intéressant, mais l'utilisation de l'huile pose quelques problèmes :

  • L'huile peut s'oxyder, elle sèche et peut générer des problèmes dans les réservoirs.
  • La température d'auto-inflammation plus élevée (de l'ordre de 450 °C, soit une centaine de degrés de plus que le gazole ou les méthyl-esters). Cela cause parfois des problèmes au démarrage des moteurs.
  • La température de solidification est assez élevée (les huiles végétales provenant du colza ou du tournesol figent entre -5 et -15 °C), ce qui est problématique dans les pays froids.
  • La contamination résiduelle (particules, fibres, eau..) est susceptible de colmater les filtres (pour la partie arrêtée par ceux-ci) et d'accélérer l'usure du système d'injection (pour la partie qui ne serait pas arrêtée par ces filtres).

L'ADEME déconseille vivement (communication du 15 septembre 2005) l'utilisation des HVB comme carburant pour les véhicules diesel. Dans une étude menée conjointement avec l'Institut français du pétrole, l'ADEME remarque que les propriétés de l’HVB ont des effets néfastes pour le fonctionnement d’un moteur car elles conduisent à une modification profonde des systèmes de combustion due :

  • à la formation de dépôts (masse moléculaire très élevée pour les huiles, caractéristiques de distillation, indice de cétane faible : 30 à 35),
  • à une forte dégradation des performances (viscosité trois fois supérieure pour les huiles, tenue à froid limitée avec figeage de l’huile rendant impossible le fonctionnement du moteur),
  • à une résistance à l’oxydation : destruction avant 300°C et formation de résidus charbonneux).


sébastien sabattini