Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Ce qui va changer en Guadeloupe

Nicoals SARKOZY se doit de respecters ses promesses et sa parole, nous veillerons à rappeler régulièrement ce qui a été dit sur la Guadeloupe et l'Outre-mer en général


Rédigé le Mardi 8 Mai 2007 à 19:20 commentaire(s)
Lu 2596 fois

« nous allons écrire une nouvelle page de notre histoire »
Un discours très largement tourné vers l’ensemble des français, un discours rassembleur teintée d’idées socialistes : le nouveau président de la République Française , pour son premier discours est resté fidèle aux idées qu’il a défendu tout au long de sa campagne. Retour sur son projet pour l'outre-mer.


les changements
les changements

Retour sur les grandes lignes du programme de Nicolas Sarkozy pour la Guadeloupe et l'outre-mer

C’est lors de son meeting aux Abymes, le 22 mars dernier que Nicolas Sarkozy a explicité son projet pour l’outre-mer en général. Reprenant des propositions qu’il a déjà développé comme la revalorisation des heures supplémentaires, la suppression des droits de succession ou le service minimum garanti, il mettait en avant le “potentiel immense” de la Guadeloupe. “Les Guadeloupéens savent travailler”, scandait-il alors. Il jugeait “irresponsable que les Guadeloupéens soient régulièrement pris en otage dans des conflits au long cours”.Nicolas Sarkozy a plaidé pour la création dans le département d’un "“lieu de résolution des conflits à froid". Nicolas Sarkozy a plaidé pour que les Guadeloupéens occupent davantage des emplois d’encadrement. Un peu plus tôt, il avait emprunté à la candidate socialiste la formule “je veux pour vous, ce que je veux pour mes enfants”. Nicolas Sarkozy a par ailleurs plusieurs fois marqué sa volonté de rompre avec "l'assistanat", selon lui, la "plus insidieuse des aliénations".

Précision sur la zone franche globale

“Nous vous devons le développement économique”, a expliqué Nicolas Sarkozy. Pour cela, le candidat UMP à la présidentielle a donné quelques précisions sur la proposition de zone franche globale qu’il avait déjà lancée en février 2006. Selon lui, cette "zone, concentrée sur trois, quatre ou cinq secteurs économiques privilégiés" viendrait “en complément de l’actuel dispositif de défiscalisation des investissements”. Il propose également que les entreprises faisant des dépenses de prospection commerciale hors Union européenne, notamment dans la Caraïbe, déduisent de leurs impôts “deux tiers” de leurs dépenses.
Nicolas Sarkozy a également proposé la réalisation d’un port en eau profonde en Guadeloupe, ainsi que l’organisation de “véritables transports collectifs, y compris en privilégiant les alternatives à la route”.

L’éducation, priorité fondamentale

S’il a beaucoup parlé économie, le futur résident de l’Elysée a également fait des propositions dans le domaine de l’éducation, une “priorité fondamentale” selon lui. Ainsi, Nicolas Sarkozy souhaite réhabiliter les établissements scolaires, renforcer les moyens du service militaire adapté (SMA), créer un véritable service d’orientation, mais surtout réinstaurer l’autorité au sein du système éducatif.

Transformation de la société

Par ailleurs, le nouveau président de la République Française souhaite concentrer son action sur la “résolution des problèmes concrets”, s’est décerné un satisfecit sur la question de la délinquance et de l’immigration clandestine. "Ma façon de vous aimer, ce n'est pas de venir sur vos territoires comme on va aux tropiques voir l'exotisme, c'est de résoudre les problèmes concrets", a-t-il lancé le 22 mars dernier.




Le logement social et la question du Sida

Concernant la question capitale du logement social, Nicolas Sarkozy a souhaité “moins de projets et plus de réalisations” en relançant la construction de logements. Il a rappelé son engagement sur ce point à créer un prêt foncier à taux zéro permettant de faciliter l’accès à la propriété.

Alors que l’association An nou alé avait interpellé le gouvernement sur la question du sida, qui fait des ravages aux Antilles notamment, Nicolas Sarkozy ne s’est pas étendu sur le sujet. Il a simplement indiqué qu’il engagerait l’Etat “dans ce combat” s’il était élu.

Il a dit souhaiter une transformation “audacieuse, mais réaliste de la Guadeloupe et de la France”, s’est enfin engagé à mettre en place, une fois à l’Elysée, “un comité interministériel qui devra régulièrement et publiquement dresser le bilan des politiques publiques conduites outre-mer”.


sébastien sabattini