Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Plonger avec des lentilles: Plonger avec des lentilles : Peut-on... https://t.co/8DKzw7fVmU https://t.co/eFsaArgp09

Guide de Guadeloupe


Saint Martin et Saint Barthélemy : et aprés ............?


Rédigé le Lundi 2 Juillet 2007 à 11:00 commentaire(s)
Lu 2233 fois

Le 7 décembre 2003, ces deux îles avaient décidé par référendum de quitter le département d'Outre-mer (DOM) de la Guadeloupe, dont elles sont respectivement distantes de 250 et 230 km.


saint barth et saint martin
saint barth et saint martin
Avec enthousiasme à "Saint-Barth" (95,51%), minuscule rocher pour touristes fortunés, d'où son surnom de "Saint-Tropez des Caraïbes". De façon plus mesurée à Saint-Martin (76,17%), partagée depuis 1648 entre la France et les Pays-Bas et victime de sa réputation de plaque tournante de multiples trafics dans la région.

Reste donc pour ces îles à devenir autonomes administrativement. Aujourd'hui, ce sont encore deux communes de Guadeloupe, dont elles constituent également trois cantons, dans l'arrondissement des îles du Nord.

Après ce scrutin, dimanche, puis le 8 juillet pour un second tour éventuel, elles deviendront des Collectivités d'Outre-mer (COM) à part entière, comme Saint-Pierre et Miquelon, Mayotte, la Polynésie française ou Wallis et Futuna.

Avec leur bulletin de vote, les électeurs de ces deux îles séparées d'une trentaine de km vont désigner leurs conseillers territoriaux: 19 à Saint-Barth, 23 à Saint-Martin. Via un scrutin de liste à deux tours, avec prime d'un tiers des sièges pour la liste ayant obtenu la majorité absolue au premier tour ou en tête au second.

Peuvent se qualifier pour le second tour toutes les listes ayant obtenu 10% des inscrits, avec possibilité pour celles-ci de fusionner entre les deux tours avec les listes ayant drainé au moins 5% des inscrits.

Au total, cinq listes sont en compétition à Saint-Martin, dont celle du conseiller général UMP Louis-Constant Fleming ou celle du candidat de gauche Alain Richardson. Quatre listes sont en lice à Saint-Barth, dont celle du maire UMP Bruno Magras, grand favori.

Une fois le vote terminé, ces deux îles deviendront officiellement des COM le 15 juillet, lors de la première réunion de leur Conseil territorial respectif. Un Conseil qui exercera dans chaque île les fonctions de conseil municipal, conseil général et conseil régional.

Mais le cordon ombilical ne sera pas encore totalement coupé avec la Guadeloupe, même si les élus des deux cantons de Saint-Martin et celui du canton de Saint-Barthélémy devront abandonner leurs sièges au Conseil général à Basse-Terre.

Ainsi, Saint-Martin et Saint-Barth n'auront pas leur député respectif à l'Assemblée nationale avant les prochaines législatives, soit en 2012 au plus tard. Jusque là, leur représentant au palais Bourbon restera Victorin Lurel (PS), élu de la 4e circonscription de la Guadeloupe.

Idem pour les sénateurs: Saint-Martin et Saint-Barthélémy devront attendre le renouvellement de septembre 2008 pour avoir chacune leur élu au palais du Luxembourg, sans devoir passer par les trois sénateurs de Guadeloupe.


Source : nouvelobs

Les candidats UMP sont arrivés en tête dans ces élections territoriales qui aboutira à l'émancipation de ces îles vis-à-vis de la Guadeloupe.

Les candidats UMP sont arrivés en tête dimanche 1er juin du premier tour des élections territoriales à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, dans les Antilles françaises, lors d'un scrutin qui doit aboutir à l'émancipation de ces îles vis-à-vis de la Guadeloupe.

Majorité absolue à Saint-Barthélémy

A Saint-Barthélemy, Bruno Magras, maire sortant (UMP), a recueilli 72,2% des suffrages et la majorité absolue. La tête de liste baptisée Saint-Barth d'abord, et âgé de 55 ans, devrait être le premier président de l'assemblée territoriale de la nouvelle collectivité d'Outremer de Saint-Barthélemy, autonome de la Guadeloupe, qui sera officiellement créée le 15 juillet prochain. Il avait déjà remporté dès le 1er tour la dernière élection municipale, le 11 mars 2001.

Ballotage favorable à Saint-Martin


A Saint-Martin, Louis Constant-Fleming (UMP), élu conseiller général en 2004, est en ballotage favorable. Avec 40,35% des suffrages exprimés, sa liste baptisée Union pour le Progrès devance de près de 600 voix la liste d'opposition Rassemblement Responsabilité et Réussite, conduite par Alain Richardson.

Une troisième liste, Réussir Saint-Martin, conduite par Jean-Luc Hamlet, 1er adjoint au maire de l'île, est également qualifiée pour le second tour, ayant recueilli un peu plus de 10% des suffrages exprimés.
Au total, cinq listes étaient en lice dans ce scrutin et peuvent prétendre à un panachage. Le second tour se jouera dimanche 8 juillet.

Rappel = 7 décembre 2003 : Référendum en Outre-mer : la Guadeloupe dit

Référendum en Outre-mer : la Guadeloupe (72,98% de "non") et la Martinique (50,48% de "non") ont rejeté le projet de réforme institutionnelle préconisant la création d’une collectivité administrée par une assemblée unique se substituant aux départements et régions actuels.
En revanche, les deux îles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, avec respectivement 76,17% et 95,51% de "oui", ont choisi de devenir des collectivités d'outre-mer à part entière.

« Approuvez-vous le projet de création en Guadeloupe d'une collectivité territoriale demeurant régie par l'article 73 de la Constitution, et donc par le principe de l'identité législative avec possibilité d'adaptations, et se substituant au département et à la région dans les conditions prévues par cet article ? »




sébastien sabattini