Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Plonger avec des lentilles: Plonger avec des lentilles : Peut-on... https://t.co/8DKzw7fVmU https://t.co/eFsaArgp09

Guide de Guadeloupe


Marie-Luce Penchard évoque l'éventualité d'une consultation populaire en Guyane


Rédigé le Lundi 20 Juillet 2009 à 04:40 | 0 commentaire(s)
Lu 4533 fois

Nous ne pouvons rester insensibles aux désirs des peuples de la Caraïbe française et de la Guyane, des changements de statuts auront prochainement lieu. La Guyane après la Martinique, devrait se prononcer.


Marie Luce Penchard, Photographe : Pierre Verdy AFP/Archives
Marie Luce Penchard, Photographe : Pierre Verdy AFP/Archives

Marie-Luce Penchard, secrétaire d'Etat à l'outre-mer a confirmé à l'AFP samedi à Cayenne que "si les élus de la Guyane saisissent officiellement le gouvernement, la Constitution prévoit que la population est amenée à être consultée sur ce projet d'évolution statutaire".

"Il ne faut pas avoir peur du verdict populaire, les Guyanais vont se prononcer et je pense que cela va permettre de dépassionner le sujet, car au moins il sera tranché", a ajouté la secrétaire d'Etat.
Le congrès des élus du département et de la région du 20 juin 2008 avait délibéré à l'unanimité afin de relancer le débat sur l'évolution statutaire stoppé depuis 2003.

Une commission mixte ad hoc chargée de préparer un document d'orientation a été mise en place et a présenté un projet d'évolution statutaire dans le cadre de l'article 74 de la Constitution qui a été validé lors du congrès du 19 décembre 2008. "Nous avons fait le choix de cet article, car il ouvre de nombreuses perspectives en terme d'organisation", souligne Alain Tien-Liong, président du Conseil Général, pour qui cela permet d'aller vers la spécialité législative. Ce ne sont pas des moyens que nous réclamons, mais des leviers réglementaires, soit plus de souplesse a-t-il ajouté.

Pour Chantal Berthelot, première vice-présidente de la région et députée de Guyane, la contrainte actuelle (du statut de région département) c'est qu'on est en butte aux normes, parce qu'on est en Amérique du Sud, parce qu'on est un pays en voie de développement différent de l'Hexagone.
Mme Berthelot a par ailleurs indiqué que les élus des deux assemblées se réuniraient en séminaire le 24 juillet 2009 pour affiner leur pré-projet en vue du prochain congrès du 2 septembre 2009 qui se prononcera sur la question. La demande sera ensuite transmise au gouvernement qui fixera un calendrier de travail et les deux assemblées devront délibérer ensuite dans les mêmes termes que le congrès. Dans ce contexte, elle plaide pour un report des élections régionales de mars 2010 car, dit-elle, on va demander à la population de Guyane d'acter un tournant de la vie d'un pays, ce n'est pas neutre, il faut donc prendre toute la solennité et le temps nécessaire.

Alain Tien-Liong demande également ce report, car il voit mal des élus qui viennent d'être élus se faire hara-kiri, se saborder aussitôt après l'élection dans une collectivité unique.
Sur ce point, Mme Penchard a indiqué que tout était possible au regard des règles constitutionnelles, mais qu'il était tout à fait possible de consulter la population avant le 31 décembre. Plusieurs propositions seront faites a-t-elle précisé, ajoutant: le chef de l'État fera part de son analyse, sera peut-être amené à rencontrer les élus et il fera connaître sa position, je pense, début septembre.

Source AFP


Faisons connaissance avec la Guyane française

 Marie-Luce Penchard évoque l'éventualité d'une consultation populaire en Guyane
La Guyane française est une région et un département d'outre-mer français, d'Amérique du Sud. Avec ses 86 504 km2 de superficie, la Guyane est le plus grand département français et le plus boisé avec 96 % du territoire couvert d'une forêt équatoriale qui reste parmi les plus riches et les moins écologiquement fragmentées du monde. Cette forêt équatoriale est une forêt primaire à très haut niveau de biodiversité (hot-spot, parmi les plus riches au monde), protégée par un tout nouveau parc national et six réserves naturelles.b[ L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et l'Union européenne (UE) y recommandent des efforts particuliers de protection[1].]b
La Guyane fait partie des 9 régions ultrapériphériques (RUP) de l'Union Européenne. C'est en outre le seul territoire de l'Union Européenne en Amérique du Sud.

Son nom officiel est Guyane. L'ajout de l'adjectif « française » dans les dénominations courantes est une commodité de langage issue de la période coloniale, alors qu'existaient trois Guyanes : la Guyana (Guyane britannique), le Suriname (Guyane néerlandaise) et la Guyane française.

Le terme Guyane est d'origine indigène. Dans le dialecte guanao, c'est-à-dire celui de la population amérindienne du delta de l'Orénoque, guai signifierait nom , dénomination , yana est une négation. D'où Guayana qui est encore le terme italien pour désigner le massif des Guyanes. Guyane voudrait donc dire sans nom , ce qu'on ne peut nommer . La Guyane serait donc la terre qu'on n'ose nommer , la terre sacrée , la maison de l'être suprême .
À cette divinité se rattacherait la légende de l'Eldorado (le doré) qui n'est pas née d'une folle convoitise européenne, mais des superstitions indigènes ? Paradoxalement, le terme de Guyane serait donc une appellation digne de cet Éden, longtemps mystérieux, paradis terrestre rêvé par les uns, enfer vert subi par les autres.

La côte de Guyane fut reconnue par Christophe Colomb en 1498. En 1503 commencent les premières implantations françaises dans la zone de Cayenne. En 1604, la colonie de Guyane prend le nom de France équinoxiale. La Guyane restera alors une colonie française jusqu'au 19 mars 1946, où elle obtient le statut de département d'outre-mer.
Elle reste célèbre pour le bagne de Cayenne qui fit sa réputation car seul 3 % des prisonniers y ont survécu[réf. souhaitée]. La France attendait des détenus qu'ils fussent aussi des colons. Mais ce fut un échec. La fermeture du bagne a été obtenue, après la Seconde Guerre mondiale, suite à la publication de 27 articles d'Albert Londres et sous l'impulsion de Gaston Monnerville. C'est en 1938 que le dernier convoi de bagnards a fait route vers la Guyane mais ce n'est qu'en 1945 que l'Assemblée constituante décida de rapatrier les survivants qui le souhaitaient (très peu sont restés). L'opération prit huit ans.





Administration et politique de la Guyane

Madame Taubira - Delanon, députée de Guyane
Madame Taubira - Delanon, députée de Guyane
Découpage administratif [modifier]
La Guyane est à la fois une région administrative et un département français d'outre-mer (DOM) dont la préfecture est Cayenne. Elle constitue avec la Guadeloupe et la Martinique, situées dans les Antilles, les départements français d'Amérique (DFA).

Au niveau régional, la Guyane élit un conseil régional.

Au niveau départemental, la Guyane est découpée en 19 cantons qui élisent chacun un conseiller général pour former le Conseil général de la Guyane.

Au niveau communal, il existe 22 communes dirigées par des maires. Certaines de ces communes, comme Maripasoula et Camopi, ont des superficies supérieures aux départements métropolitains. De plus, certaines communes sont subdivisées en villages supervisés par des capitaines.

Par ailleurs, la Guyane est représentée au niveau national par 2 députés (voir les circonscriptions de la Guyane) et 2 sénateurs.

Elle est aussi l'une des neuf régions ultrapériphériques de l'UE.

Trois tendances politiques se partagent la vie politique guyanaise. Les deux principales forces politiques restent, à l'instar du reste de la France, la droite loyaliste, représentée par l'UMP et la gauche loyaliste, représentée par le parti socialiste guyanais (PSG), le Walwari (PRG), les forces démocratiques de Guyane (FDG), le parti socialiste (PS) et les Verts. Enfin, la troisième tendance politique, très minoritaire, est l'extrême-gauche indépendantiste, représentée par le mouvement de décolonisation et d'émancipation MDES.






Géographie de la Guyane

 Marie-Luce Penchard évoque l'éventualité d'une consultation populaire en Guyane
La Guyane est surtout connue pour accueillir, dans la ville de Kourou, le Centre national d'études spatiales (CNES), le Centre Spatial Guyanais (CSG) (base de lancement des fusées Ariane et lanceur civil européen de satellites commerciaux).

Au XIXe siècle et au début du XXe, elle était surtout connue comme lieu de déportation des bagnards condamnés aux travaux forcés au Bagne de Cayenne. Le bagne a été aboli mais il subsiste des bâtiments aux Îles du Salut, à Saint-Laurent-du-Maroni, etc.

La Guyane est frontalière du Brésil (sur 730 km), ce qui fait du Brésil le pays ayant la plus grande frontière terrestre avec la France, devant le Suriname (sur 510 km). Elle possède un climat équatorial. Son chef-lieu est Cayenne. Seule la bande côtière est facilement accessible, le reste du territoire est couvert par une forêt équatoriale dense, pour l'essentiel une forêt primaire, accessible seulement par voie fluviale ou aérienne.


Environnement, faune, flore, forêt de la Guyane

La forêt guyanaise
La forêt guyanaise
La forêt humide de Guyane s'est paradoxalement épanouie sur un des sols les plus pauvres du monde, en azote, en potassium, en phosphore et en matières organiques. Pour cette raison, et parce que cette zone a toujours conservé des refuges pour toutes ses espèces lors des périodes sèches ou de glaciation terrestre, cette forêt abrite des écosystèmes uniques qui sont parmi les plus riches et les plus fragiles du monde : forêts tropicales primaires très anciennes, mangroves, savanes, inselbergs et nombreux types de zones humides.

L'acidité des sols est également à l'origine de cette médiocrité des sols guyanais. Elle contraint les agriculteurs à chauler les champs, et a conduit au mode traditionnel d'agriculture sur brûlis : les cendres participent à l'élévation du Potentiel hydrogène (pH) en plus de l'apport de sels minéraux.

On peut toutefois noter que des sites de Terra preta (sols anthropogéniques) ont été découverts sur le territoire, notamment près de la frontière avec le Brésil. Des recherches sont activement menées par des acteurs de disciplines multiples pour déterminer le mode de création de ces sols les plus riches de la planète. L'hypothèse a été avancée que l'existence même de la forêt tropicale est due à ces interventions humaines intelligentes du passé (voir l'article Terra preta), où le brûlis (" slash-and-burn ") était remplacé par le charbonnage (" slash-and-char ").

5 500 espèces végétales ont été répertoriées, dont plus d'un millier d'arbres, 700 espèces d'oiseaux, 177 espèces de mammifères, plus de 500 espèces de poissons dont 45% lui sont endémique (les poissons "limon" et les poissons à écailles) et 109 espèces d'amphibiens. Les micro-organismes seraient bien plus nombreux encore, notamment dans le nord qui rivalise avec l'Amazonie brésilienne, Bornéo et Sumatra. Ce seul département français abrite au moins 98 % de la faune vertébrée et 96 % des plantes vasculaires de la France.

Les menaces qui pèsent sur l'écosystème sont la fragmentation par les routes, qui reste très limitée comparativement aux autres forêts d'Amérique du Sud, les impacts immédiats et différés du Barrage de Petit-saut d'EDF, de l'orpaillage (Opération Anaconda en Guyane), d'une chasse chaotique et du braconnage facilités par la création de nombreuses pistes et l'apparition des quads. L'exploitation forestière reste modérée en raison du manque de route, de port et de la difficulté du climat et du relief. Une ordonnance du 28 juillet 2005 a étendu le code forestier français à la Guyane, mais avec des adaptations et dérogations importantes. Dans une approche qui se veut durable, des concessions ou des cessions gratuites peuvent être accordées par des collectivités territoriales ou d’autres personnes morales pour leur utilisation par des personnes tirant traditionnellement leur subsistance de la forêt, mais les moyens utilisés n'étant plus toujours les moyens traditionnels, et l'écosystème guyanais étant vulnérable, les impacts de l'exploitation ou de la chasse pourraient être importants.

La moitié de la biodiversité française est en Guyane : 29 % des plantes, 55 % des vertébrés supérieurs (mammifères, oiseaux, poissons...) et jusqu'à 92 % des insectes ! Tout cela dans un seul département de... 86 504 km². Un parc national et six réserves naturelles oeuvrent à la préservation de milieux et d'espèces aussi divers qu'uniques.

Les plages de la réserve naturelle de l'Amana constituent pour les tortues marines un site de ponte exceptionnel (l'un des plus importants au niveau mondial).

Démographie de la Guyane.

 Marie-Luce Penchard évoque l'éventualité d'une consultation populaire en Guyane
En 2006, la population de la Guyane était de 206 000 habitants. Elle est en forte croissance, puisqu'ils étaient 115 000 en 1990 et 157 000 en 1999. C'est la conséquence d'une grande différence entre le taux de natalité de 31 ‰ et le taux de mortalité d'environ 4,2 ‰. La Guyane est le département français où le taux de natalité est le plus élevé et le taux de mortalité est le plus faible[3]. L'indice guyanais de fécondité était de 3,98 enfants par femme en 2006.
C'est une population jeune (l'âge médian est de 28,6 ans) et en 1999, 43,3 % de la population avait moins de 20 ans.

La population de la Guyane est en constante augmentation. Elle devrait passer à 425 000 en 2030 (600 000 selon une hypothèse haute), en raison d'un fort taux de croissance naturelle (excédent des naissances sur les décès) et sous l'effet d'une immigration importante (souvent clandestine) venant des pays limitrophes (Brésil, Guyana, Haïti, Suriname...). Celle-ci est motivée par l'or, un système de santé avancé, des écoles performantes par rapport à leurs pays d'origine, un État-providence généreux (RMI et allocations familiales notamment), ainsi que des salaires plus attractifs.

Populations actuelles
Le peuple des Kali'nas en Guyane Française
Le nombre exact d'habitants n'est pas connu, en raison notamment de la présence de milliers de clandestins, pour la plupart employés à la recherche de l'or. La population est essentiellement groupés dans quelques communes sur le littoral, le long de la RN1 (bande littorale) et au bord des grands fleuves et de leurs estuaires. De nombreuses communautés coexistent, venant de 80 pays, avec aujourd'hui une quarantaine de nationalités, dont :

Les Créoles guyanais (environ 40 % de la population)
Les Amérindiens répartis en six ethnies (les Arawaks, les Palikurs, les Kali'na, les Wayanas, les Wayampis, et les Emerillons). Ils représentent environ 4 500 personnes.
Les descendants des Noirs Marrons, appelés "Bushinengés" (les Saramacas, les Paramacas, les Bonis ou Alukus, les Djukas ou Bosches). Ils représentent au moins 4 000 personnes.
Les H'mongs, arrivés le 6 septembre 1977, représentent environ 2 000 personnes regroupées sur les communes de Roura (village de Cacao) et Mana (village de Javouhey).
Les Métropolitains représentent actuellement environ 12 % de la population.
Les autres populations (Chinois, Libanais, Brésiliens, Haïtiens, Surinamais, Guyaniens, Hindustanis, Javanais du Suriname, Péruviens, etc.) représentent près de 40 % de la population de Guyane.
La population étrangère en situation irrégulière (clandestins) est estimée entre 40 000 et 60 000 personnes, en plus des 230 000 habitants répertoriés.

Au 7 août 2006, selon Survival, dans la partie amazonienne du département français de la Guyane vivent aujourd'hui quelque dix mille Amérindiens dont les droits à la propriété collective de leurs terres, sur lesquelles ils étaient autrefois souverains, ne sont toujours pas reconnus
Le taux de chômage officiel oscille autour de 29,5 %.

Parmi les agriculteurs, on compte des H'mongs qui cultivent entre autres les fruits, le manioc et font du maraîchage.



Culture de la Guyane française

 Marie-Luce Penchard évoque l'éventualité d'une consultation populaire en Guyane
Le Carnaval est l'un des événements majeurs de Guyane. Il se déroule, les dimanches, entre l'Épiphanie au début de janvier, et le Mercredi des Cendres en février ou mars. Des groupes déguisés selon la thématique de l'année, y défilent autour de chars décorés, au rythme des percussions et des cuivres. La préparation des groupes durent des mois avant le carnaval. Les groupes défilent devant des millier de spectateurs qui se masse sur les trottoirs et les gradins aménagés pour l'occasion

Des groupes brésiliens identiques à ceux que l'on rencontre au Carnaval de Rio, sont également appréciés pour leurs rythmes et leurs costumes affriolants. La communauté asiatique de Cayenne participe également aux défilés en apportant sa touche caractéristique, avec des dragons.

A la lecture de tous ces renseignements l'on peut mieux comprendre la complexité de la vie guyanaise.


Source Wikipédia



Jean-Jacques coudiere