Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Les Saintes son histoire


Rédigé le Samedi 29 Mai 2010 à 20:41 commentaire(s)
Lu 10394 fois

Les iles des Saintes en Guadeloupe


Karoukera, les Saintes

Les Saintes-Guadeloupe
Les Saintes-Guadeloupe
Ces iles au début inhospitalières, étaient habitées par une peuplade venue d'Amérique centrale, (sans doute du Vénézuéla), les Arawacks! Peuple de pêcheurs pacifiques, ils furent exterminés au 9éme siècle par les Caraïbes autre peuple d'Amérique centrale, canibales et guerriers, habitant l'ile voisine de Caloucaéra, (l'isle aux belles eaux). Caloucaéra devenu , karukéra, la Guadeloupe. C'est l'arrivée de Christophe Colomb le 3 novembre 1493 à Karukéra qui changea le nom en Guadeloupe.
D'après Wikipédia, l'encyclopédie libre, Les Saintes se trouveraient à une latitude
de 15°50 N, et à une longitude de 61° 35 Ouest. la superficie des Saintes atteindrait
15 kilomètres carrés.
Le point culminant des Saintes est le morne du Chameau avec 306 mètres de hauteur. La population des Saintes est de 2996 habitants, (rescencement de 1999), soit 200 habitants au kilomètre carré! Au dernier rescencement de 2003, la population résidente serait de moins de 3.000 habitants.
Les Saintes, en dehors des deux isles principales, Terre de Haut et Terre de Bas, comptent sept isles inhabitées: l'ilet à Cabrit, le Grand Ilet, l'ilet de la Coche, L'ilet des Augustins, l'ilet de la Retonde, le Rocher du Pâté!

Des iles délaissées en Guadeloupe

l'archipel -Guadeloupe
l'archipel -Guadeloupe
Ces iles semblaient sans intérêt aux espagnols et aux premiers colonisateurs français. C'est seulement en 1635, que la compagnie des iles d'Amérique envoya des volontaires aux iles des Saintes. D'origines bretonnes, charentaises et normandes, ces premiers colons étaient pratiquement tous des agriculteurs! Ces iles, montagneuses, peu abreuvées en eaux, n'ont pas permises d'établir une agriculture de qualité. Ces colons jusqu'à nos jours se sont reconvertis dans la pêche. Peu d'esclaves ont été ammenés aux Saintes, ce qui explique le type des saintois, métissés au teint et aux yeux clairs.

L'histoire des Saintes en Guadeloupe

Houël -Guadeloupe
Houël -Guadeloupe
C'est le jour de la Toussaint, que le navigateur Christophe Colomb, à son deuxième voyage découvre l'archipel des Saintes, nom du jour, (los Santos), le 4 novembre 1493! En 1523, les espagnols échouent dans la reconquête des Saintes, ils abandonneront définitivement au profit de l'Amérique du sud! C'est en 1648, que les Saintes sont occupées à nouveau par les français, le 18 octobre, sous la direction de sire Le Mé. Le 4 septembre 1649, Charles Houël achète la Guadeloupe et les Saintes. En 1652, Hazier du buisson, revient aux Saintes avec une poignée d'hommes, pour développer l'agriculture, en particulier à Terre de Bas, plus facile à travailler. En 1653, les Caraïbes massacrent les français à Marie Galante, le capitaine du Mé réplique par une expédition à la Dominique, les Caraîbes, à leur tour attaquent les Saintes. Leur raid est repoussé par la population, avec à leur tête,le comte de l'Etoile! En 1658, les indiens Caraïbes sont dépossédés de leurs terres, facilitant ainsi le commerce triangulaire avec l'importation de nombreux esclaves qui travaillaient dans les plantations de bananes et de cannes à sucre, en Guadeloupe continentale. En 1664, Colbert rachète la Guadeloupe, pour la couronne. En 1666, les anglais attaquent les troupes françaises, ils sont repoussés par une alliance franco-caraïbes. Les anglais se rendent le 15 aout de la même année! 1674, Les Saintes sont annexées au domaine royal avec la Guadeloupe. 1691, le flibustier et gouverneur de Saint domingue, Jean-Bâptiste Ducasse, vient au secours de la Guadeloupe, il chasse les anglais de la zone française. 1759, les anglais, reprennent la Guadeloupe, jusqu'en 1763, qu'ils abandonneront par la signature du traité de Paris!

Tiré de Wikipédia, l'encyclopédie libre


Jean-Jacques Coudiere