Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Plonger avec des lentilles: Plonger avec des lentilles : Peut-on... https://t.co/8DKzw7fVmU https://t.co/eFsaArgp09

Guide de Guadeloupe


Le séisme au Sichuan a accru le risque d'extinction des pandas géants en Chine


Rédigé le Mardi 28 Juillet 2009 à 03:55 | 0 commentaire(s)
Lu 1881 fois

Le grand Panda est cousin de l'ours, mot d'origine népalaise, existe depuis des siècles dans la région chinoise du Sichuan. Le terrible séisme de mai 2008, risque à terme de les faire disparaître à tout jamais ?


Les pandas géants seraient ils menacés en Chine?

Photographe : Str AFP/Archives, Des militaires chinois transportent un panda géant lors d'une opération de transfert, le 23 mai 2008 à Wolong,  province du Sichuan
Photographe : Str AFP/Archives, Des militaires chinois transportent un panda géant lors d'une opération de transfert, le 23 mai 2008 à Wolong, province du Sichuan
Le puissant séisme dans la province chinoise du Sichuan en mai 2008, qui a fait près de 69.000 morts, a aussi affecté plus de 60% de la population sauvage de pandas géants menacés d'extinction, selon une recherche publiée lundi aux Etats-Unis

"Nous estimons que le séisme a affecté plus de 60% de la population sauvage de panda géant", estime Xu Weihua de l'Académie chinoise des sciences et principal auteur de cette étude parue dans la revue "Frontiers in Ecology and the Environment".

Ces chercheurs ont déterminé que plus de 23% de l'habitat des pandas géants étudié dans le cadre de cette étude avait été détruit par le tremblement de terre d'une magnitude 8. De plus, la fragmentation du restant de l'habitat qui a résulté du séisme pourrait faire obstacle à la reproduction de ces animaux menacés d'extinction.

Le Sichuan est une des 25 zones dans le monde considérée comme un haut lieu de préservation de la biodiversité, souligne l'étude. Cette région compte plus de 12.000 espèces végétales et 1.122 espèces de vertébrés différentes dont plus de la moitié de la population totale des pandas géants dans le monde.

Ces chercheurs se sont appuyés sur des photos satellites et des observations sur le terrain ainsi que sur d'autres études déjà publiées pour élaborer des stratégies de préservation de l'habitat restant des pandas géants et déterminer l'ampleur de la destruction et de la fragmentation dans le sud de la région du Minshan. Puisque les forêts sont la principale végétation où vivent les pandas, les auteurs de ces travaux ont comparé les photos satellites de cette région prise depuis septembre 2007 avec celles faites après le séisme. Ils ont également combiné ces données avec d'autres critères caractérisant l'habitat des pandas comme l'altitude, la pente du terrain et la présence de bambous dont ils se nourrissent.

Les chercheurs ont déterminé que plus de 354 kilomètres carrés, environ 23%, de l'habitat des pandas géants de cette région n'était plus qu'un sol dénudé.

Ils ont aussi découvert que des portions étendues du restant de l'habitat avait été fragmenté en zones plus réduites non reliées entre-elles ce qui, selon eux, peut être tout aussi néfaste pour les pandas en empêchant leur reproduction.

"Il est probable que la fragmentation de l'habitat a séparé la population de pandas géants de cette région qui ne compterait peut-être que 35 animaux (...) accroissant leur risque d'extinction", explique Xu Weihua.

Ce chercheur et son équipe proposent des mesures pour encourager les pandas à se déplacer entre les zones d'habitat dispersées en créant des couloirs protégés. Ils recommandent aussi des zones de protection des pandas en dehors des réserves naturelles où le séisme a provoqué deux fois plus de destructions à leur habitat, ainsi qu'une meilleure protection contre les activités humaines, notamment la déforestation pour le bois et l'agriculture.

Quelque 600 pandas géants vivent encore en pleine nature, selon des estimations.

Plusieurs projets de protection prévoient notamment la création de plusieurs dizaines de réserves réparties dans les provinces chinoises de Sichuan, Gansu et Shaanxi.


source AFP




Jean-Jacques Coudiere