Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Le guadeloupéen Patrick KARAM soutenu par Nicolas SARKOZY à son poste

Démission réfusée par le Président de la République


Rédigé le Jeudi 31 Janvier 2008 à 08:55 | 0 commentaire(s)
Lu 4163 fois

Patrick KARAM a été nommé délégué interministériel à l'égalité des chances des Français de l'Outre-mer par Francois FILLON. Ces difficultés à travailler avec Mr ESTROSI, secrétaire d'État chargé de l'Outre-mer l'a conduit à présenter sa démission (C'est Mr LUREL en personne qui lacha l'information que tout le monde savait). Il dénonce l'attitude du secrétaire d'état à l'outre-mer à son égard. Il accuse Christian Estrosi de ne pas lui laisser les coudées franches dans des dossiers qu'il considère comme lui revenant, notamment la continuité territoriale et le prix des billets d'avion entre la métropole et les DOM. Aprés un mois de reflexion, KARAM reçoit finalement un courrier du président de la République, Nicolas Sarkozy lui renouvellant sa confiance, le remerciant pour le travail effectué en 2007 et l'encourageant à faire des propositions pour 2008. Autrement dit, voilà Patrick Karam rassuré sur son rôle et sa mission. Mardi 29 janvier 2008, Patrick KARAM repart à l'assault du problème de prix élevé des billets d'avion entre la métropole et l'Outre-Mer


Continuité territoriale : baisse du prix du billet avion pour les DOM COM
Continuité territoriale : baisse du prix du billet avion pour les DOM COM

Avancée sur le prix des billets d'avion et continuité territoriale

Le délégué interministériel à l'égalité des chances des Français d'outre-mer, Patrick Karam, a fait part mardi de sa volonté d'avancer sur le problème du prix élevé des billets d'avion entre la métropole et l'Outre-Mer, "en étroite collaboration avec Christian Estrosi".

"Je reviens déterminé, pour qu'il y ait des avancées sur cette question, il est temps de passer aux actes", a déclaré M. Karam au cours d'une conférence de presse.

Le délégué interministériel, qui a repris ses fonctions lundi, après que sa démission a été refusée par Nicolas Sarkozy, a rappelé que la baisse du prix des billets d'avion entre métropole et outre-mer faisait partie des engagements de campagne du président.

"Il faut faire en sorte que ça change, c'est une question fondamentale, je l'ai mis dans mes objectifs 2008", a déclaré M. Karam, reconnaissant qu'"il n y a pas de baguette magique".

"Les compagnies aériennes sont des compagnies privées, il faut pouvoir imposer un certain nombre de dispositifs, les travailler avec les compagnies, essayer d'obtenir leur accord", a-t-il dit.

Le secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer Christian Estrosi avait réuni fin juillet les représentants de plusieurs compagnies aériennes pour tenter de faire baisser les tarifs aériens entre la métropole et l'outre-mer.

Selon M. Karam, "il est temps maintenant de passer aux actes et de mettre en oeuvre le rapport Bolliet", publié en juin 2006.

Ce rapport proposait notamment de "garantir l'existence, même en période d'hyperpointe, d'une offre tarifaire complète, avec un minimum de places dans les catégories tarifaires les plus faibles".

"Il faut qu'on sente qu'il y a au sommet de l'Etat une unité et qu'il y a une volonté d'aboutir", a jugé M. Karam, assurant qu'il allait travailler "en étroite collaboration avec Christian Estrosi".

Interrogé sur sa démission, il a répondu qu'il "ne pouvait pas agir comme il le souhaitait".

"Nicolas Sarkozy m'a totalement rassuré, assuré de son amitié fidèle, a considéré que je faisais de l'excellent travail. C'est un signal personnel et pour les Français d'outre-mer, il a l'intention de tenir tous les engagements de sa campagne électorale", a-t-il ajouté.

Pour M. Karam, "les malentendus entre Christian Estrosi et (lui) sont levés". "J'ai besoin de lui pour pouvoir mettre en oeuvre ma politique comme lui a besoin de moi pour parfaire un certain nombre de dispositifs".

Patrick KARAM
Patrick KARAM

Qui est Patrick KARAM ?

Né le 8 février 1961, à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, M. Karam est docteur en science politique et titulaire d’un DEA de droit international public.

Directeur d’une imprimerie de 40 salariés de 1998 à 2003, puis d’une maison d’édition scientifique, il est l’auteur de plusieurs ouvrages de géopolitique et a mené de nombreuses enquêtes à l’étranger sur les droits de l’homme et leurs violations.

En février 2003, Patrick Karam fonde le Collectifdom, un lobby militant pour l’Outre-mer qui revendique aujourd’hui 40 000 membres et sympathisants, dont de nombreux parlementaires, en Guadeloupe, à la Martinique, en Guyane, à Mayotte et à la Réunion.

Avec le Collectifdom, Patrick Karam a mené certains combats contre les différentes formes de discriminations qui touchent les Ultramarins et en faveur de la continuité territoriale.
Il a notamment écrit le rapport "Français d’Outre-Mer, dossier sur une discrimination occultée" en décembre 2004.

L’année dernière, il décide de démissionner de son poste de président du collectif puis rejoint la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en créant les Comités de soutien de l’Outre-mer à la candidature de ce dernier.

Il sera nommé délégué interministériel à l'égalité des chances des Français de l'Outre-mer au gouvernement Francois FILLON.

SOURCE AFP


sébastien sabattini