Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Le Portugal réintroduit le lynx ibérique avec l'aide de l'Espagne

Pour les amoureux des animeaux


Rédigé le Mercredi 29 Juillet 2009 à 12:23 | 0 commentaire(s)
Lu 3200 fois

Le lynx, mamifère carnivore, appelé aussi ''loup cervier'' a complètement disparu des paysages du Portugal ou il a été éléminé par les chasseurs et la maladie sera très prochainement réintroduit en Lusitanie.


Le Portugal réintroduit le lynx ibérique avec l'aide de l'Espagne
Les gouvernements espagnol et portugais ont signé mardi un accord pour réintroduire au Portugal le lynx ibérique, un des félins les plus menacés au monde, grâce à un programme de reproduction en captivité de 20 animaux cédés par l'Espagne.

"Il faut une population considérable née en captivité et dominer la technique de reproduction pour ensuite faire le pas vers l'introduction dans la nature" de ces animaux menacés d'extiction, a expliqué le ministre portugais de l'Environnement Francisco Nunes Correia lors d'une cérémonie à Penamacor (nord du Portugal) en présence de son homologue espagnole Elena Espinosa Mangana.

L'Espagne cèdera au Portugal 16 mâles et six femelles, pour qu'ils puissent se reproduire. Leur mise en liberté doit commencer dans trois ans et vise à repeupler les régions où l'on trouvait auparavant des lynx ibériques.

Les premiers animaux arriveront à un centre de reproduction en captivité situé à Silves (sud) "dès la première quinzaine de septembre", a précisé M. Nunes Correia.

Les lynx ibériques, de gros chats tachetés, peuvent mesurer jusqu'à un mètre de long et peser 15 kg. Au début du XXe siècle, il y en avait environ 100.000 en Espagne et au Portugal. Mais l'urbanisation, la chasse et surtout le dramatique déclin de l'espèce dû à une maladie transmise par les lapins sauvages, principale proie du lynx, ont fait qu'en 2002 il n'en restait plus que 150 en liberté.

Au Portugal, aucune trace de leur présence n'a été repérée depuis 2001.


Jean-Jacques Coudiere