Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Plonger avec des lentilles: Plonger avec des lentilles : Peut-on... https://t.co/8DKzw7fVmU https://t.co/eFsaArgp09

Guide de Guadeloupe


Le Petit Journal de Montmain
Le Petit Journal de Montmain : Monsieur Paul MOMBELLI est un des rare rédacteur que nous avons "démarché" pour intervenir, par une autorisation de droits sur ces articles, sur Atout Guadeloupe. Nous l'avons connus par la lecture d'articles sur son Petit Journal de Montmain et avons appréciés son écriture mais surtout la force des propos sur des textes trés courts et toujours argumentés. Nous aimons la provocation intellectuelle, la polémique constructive lorsqu'elle est crée sans arrière pensée. Puisse Monsieur MOMBELLI apporter aux guadeloupéens par la visibilité d'Atout Guadeloupe une nouvelle pierre à cet édifice.

UNE NOUVELLE VISION DE L'AFRIQUE !

Le Petit Journal de Montmain est fier vous présenter les réflexions d’un jeune Africain, diplômé d’études supérieures, qui incite les jeunes de sa génération à ne pas tout attendre de l’étranger et, surtout, à ne pas émigrer vers l’Europe, mais à se retrousser les manches et à prendre, dans leurs mains, le destin de l’Afrique.
Ce texte est un peu long, mais il vaut la peine de faire un effort, ne serait-ce que pour faire évoluer la vision que vous avez des Africains !
Amicalement,
Paul MOMBELLI.

DEVOIR DE MEMOIRE : SAUVEZ LA BATTERIE CHOISY !

« La mémoire est la connaissance des lois naturelles, de ses origines. Elle représente le savoir, c'est pour cela que les anciens, leurs connaissances, leurs expériences, sont si importants. Perdre la mémoire, c'est comme si les planètes perdaient le soleil. Quand une communauté perd sa mémoire, il lui faut se la ré inventer. Mais c'est une mémoire qui ne peut fonctionner, car elle est basée sur ce que les hommes veulent qu'elle soit, et non sur ce qu'elle est vraiment. Les petits frères [les non Amérindiens] ont perdu leur mémoire. C'est pour cela qu'ils font des lois, les unes plus importantes que les autres, mais jamais égales. Ainsi, ils se donnent des pouvoirs, ils font la guerre, ils ont des maladies. Chaque fois, ils font des lois, puis d'autres lois qui engendrent d'autres lois, ce n'est pas ça la mémoire d'un peuple. La mémoire, elle ne s'écrit pas, elle s'exerce, elle se vit chaque jour. Lorsque la mémoire ne s'exerce pas, ne se vit pas, elle se perd. C'est un peu comme les yeux qui sont faits pour voir, s'ils se ferment, tout devient obscur. C'est seulement avec la mémoire que l'on sait où l'on va. »

Extrait du livre d’Éric JULIEN « KOGIS – Le message des derniers hommes »

LA DREPANOCYTOSE EST-ELLE UNE MALADIE RACISTE ?

J’ai eu très peur en lisant l’article de France-Antilles, consacré à cette maladie, article qui affirmait que la Drépanocytose ne touchait QUE les populations noires. Ce serait la preuve qu’attendent les racistes pour réintroduire la notion de races mise à mal par la biologie actuelle. Et la base d’une revendication des racistes de l’autre bord – oui, ils existent, le célébrissime footballeur, Lilian THURAM (PJM 382), en est un bel exemple – qui pourraient affirmer que les laboratoires se désintéressent de cette maladie parce qu’elle touche exclusivement des Noirs

LES 'NEGROS FRANCESES' DE SAINT-DOMINGUE

L'indépendance américaine remit en cause la domination des puissances européennes sur leurs colonies du Nouveau Monde. Le rôle des troupes auxiliaires noires fut essentiel dans ce conflit contre la Grande-Bretagne.
Environ quatre mille hommes enrôlés dans les Antilles françaises - essentiellement en Martinique et à Saint-Domingue - prêtèrent main-forte aux indépendantistes américains. Parmi eux, on comptait de nombreux Mulâtres. Lafayette, qui en 1777 rejoignit clandestinement l'Amérique du Nord, contre l'avis du roi, à bord de La Victoire, fut par la suite un membre actif des Amis des Noirs et l'un des premiers défenseurs de l'abolition de la traite. En 1779, Saint-Domingue devint la base des opérations pour l'expédition de l'amiral d'Estaing à Savannah, contre les Anglais. Entre 600 et 1.500 Mulâtres et Noirs servirent dans la légion française lors de cette attaque................

LES CARAÏBES NOIRS DE SAINT-VINCENT

La constitution d'un groupe de Noirs résistant à l'avancée des colons dans les Petites Antilles, connus sous le nom de "Caraïbes noirs", a été facilitée par un concours de circonstances qui s'est opéré dans un contexte historique et une "situation" géographique bien particuliers

LES 'IMMIGRES' DE GUADELOUPE

Revenons sur une période assez mal connue de l’histoire de la Guadeloupe, au cours de laquelle l’Archipel dû faire appel à d’importants apports de travailleurs immigrés (je dis bien "immigrés" et pas "esclaves").