Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Plonger avec des lentilles: Plonger avec des lentilles : Peut-on... https://t.co/8DKzw7fVmU https://t.co/eFsaArgp09

Guide de Guadeloupe


La fumée de cigarettes, créatrice de radio activité.

Le polonium 210 dans le tabac


Rédigé le Dimanche 31 Août 2008 à 10:47 | 1 commentaire(s)
Lu 3587 fois

Il y aurait 40 ans que les fabricants de cigarettes, nous cacheraient la teneur en polonium 210 dans les cigarettes, le tabac, plus nocif que les centrales atomiques?


La presse se déchaîne contre les fabricants de cigarettes.

Photo TF1
Photo TF1
Les fabricants de cigarettes, sont accusés d'avoir caché durant 40 ans la présence de polonium dans le tabac. Cet élément radioactif accompagne les 3.999 autres composés, constituant une cigarette, mais sa toxité, reste relative?
Libération.

Une chercheuse américaine déclare que les industriels de tabac ont étouffé à plusieurs reprises la révélation potentiellement nuisible, le tabac, contient du polonium, puissant poison.
Le Monde.

Du polonium dans la fumée de cigarette. Les fabricants savent depuis 40 ans que ce radio élément dangereux est présent dans le tabac, mais ils ont tout fait pour le dissimuler.
Le Figaro.

Le polonium 210

Photo Techno sciences
Photo Techno sciences
Le polonium solide a une structure cubique très simple, ses atomes sont disposés de 8 sommets, d'un cube et nulle part ailleurs, c'est le seul élément dans ce cas. (source Techno Sciences).

Etudié dans quelques laboratoires nucléaires de recherches ou sa radio activité élevée comme alpha-émetteur, exige des techniques et des précautions de manutention spéciales.

Dans les cigarettes, le polonium 210 est le seul composant de la fumée qui a produit des cancers par lui même chez des animaux de laboratoire par inhalation, (les tumeurs apparaîssent à un niveau 5 fois plus bas que celui d'un gros fumeur) !

En 1930 le cancer du poumon était rare chez les fumeurs, la proportion était de 4 pour 100.000 fumeurs par an. En 1980, le cancer du fumeur est le cancer N° 1 avec 72 cas pour 100.000 fumeurs et cela malgrè une diminution de 20% des fumeurs. D'après les chercheurs, d'ou la colère contre les producteurs de cigarettes, le polonium 210 aurait augmenté du triple dans les tabacs américains, coïncidant avec l'augmentation des engrais de phosphate utilisés part les agriculteurs cultivant le tabac. Toujours d'après les sources des scientifiques, le minerai de phosphate de calcium accumulerait gravement l'uranium et libérerait lentement le gaz de ''Radon''.
Quand le ''radon'' se dégrade, ses produits dérivés électriquement chargés s'attachent aux particulent de poussière qui adhèrent aux poils collants sur le dessous du tabac. Ce processus permet un dépôt de polonium radioactif sur les feuilles. quand la cigarette est allumée, l'intense chaleur, volatilise les métaux radioactifs. Les filtres des cigarettes, n'ont aucune protection contre les vapeurs radioactives.

Un revêtement radioactif se fixe sur les poumons des fumeurs, avec un concentration bien plus importante que le ''radon''. La fumée de 2 paquets de cigarettes par jour donne une dose de rayonnement de particules alpha de 1.300 millirem, (unité de dose de rayonnement), alors que la dose inhalé d'un américain moyen n'est que de 200 millirem?

Le polonium 210 étant soluble, le corps le reçoit et le transmet à chaque tissu et cellule dans doses bien plus élevées que le radon résidentiel! Des analyses font apparaître le polonium 210 dans le sang et les urines du fumeur. Les scientifiques savent en outre, que le polonium 210 cause des dommages irréversibles en génétique et provoque la mort par le cancer du foie, de l'estomac, des leucémies, la chirrose du foie, des maladies cardio vasculaires, etc..


Sources Lenntech

Le radon est un gaz naturel inerte et radio actif, dépourvu d'odeur, de couleur et de goût, il est issu du radium qui fait partie de la chaine de désintégration de l'uranium, élément que l'on trouve en quantitité variable dans les roches, les sols de la planette. Communiqué OMS





Jean-Jacques Coudiere