Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Plonger avec des lentilles: Plonger avec des lentilles : Peut-on... https://t.co/8DKzw7fVmU https://t.co/eFsaArgp09

Guide de Guadeloupe


LKP : contre les prestations sociales des guadeloupéens ?

l’hebdomadaire d’extrême-droite Minute a immédiatement récupéré des revendications dans son numéro du 18 février 2009


Rédigé le Jeudi 26 Février 2009 à 03:48 | 0 commentaire(s)
Lu 2587 fois

Préférence régionale à l'embauche, contre les prestations sociales supplémentaires, condamnation de l’assistanat d’Etat et enfin critiques des ravages causés par l'allocation parent isolé et par le RMI, le leader du LKP représentant du collectif et du mouvement guadeloupéen s'éloigne de la politique de gauche, amie de dernière minute.


La Guadeloupe, demain, sans prestations sociales pour ceux qui en ont besoin ?
La Guadeloupe, demain, sans prestations sociales pour ceux qui en ont besoin ?
Dans la liste de ses revendications, le collectif guadeloupéen demandait, entre autres revendications :

  • Priorité d’embauche pour les Guadeloupéens
  • Embauche obligatoire de Guadeloupéens dans toutes les entreprises qui bénéficient d’aide publique
  • Mise en place de mécanismes fiscaux et douaniers pour développer la préférence guadeloupéenne

On imagine comment serait qualifié un mouvement hexagonal qui demanderait la même chose pour les Bretons, les métropolitains, ou tout simplement les Français.......... D’ailleurs l’hebdomadaire d’extrême-droite Minute a immédiatement récupéré ces revendications dans son numéro du 18 février 2009, où il se réjouit que « les Guadeloupéens font sauter le tabou » de… « la préférence nationale à l’embauche ».


Et dans une interview au JDD le 22 février, Elie Domota, le très médiatique leader du LKP, fait des déclarations tout aussi surprenantes pour un homme qui se revendique à gauche, et qui est soutenu par la gauche métropolitaine.

A propos du montage proposé par le gouvernement, qui consisterait à compléter par le biais du RSA l’augmentation de salaire accordée par le patronat local, Elie Domota déclare : « Nous demandions une augmentation de salaire de 200 euros et voilà qu'on nous offre une prestation sociale supplémentaire. »

Le LKP n’apprécie donc guère les « prestations sociales ».

Et la condamnation de l’assistanat d’Etat est encore plus cinglante dans la phrase suivante : « Quand on connaît les ravages causés par l'allocation parent isolé et par le RMI, qui ont favorisé la dislocation du couple et de la cellule familiale... »

Couples et cellules familiales, voilà des valeurs qu’on croyait réservées à une droite catholique !

Et Elie Domota ajoute : « L'Etat ne doit pas acheter la paix sociale par le biais d'une allocation. »

Ségolène Royal dont le programme présidentiel était précisément basé sur l’assistanat, ou Martine Aubry dont le plan de relance consiste à verser des aides sociales ici ou là, ont dû entendre leurs oreilles siffler.

Et quand on demande au leader du LKP ce qu’il propose pour augmenter les salaires, il répond : « L'exonération de la CRDS et de la CSG. »

Autrement dit… la suppression de cotisations sociales !

Voilà une solution qui plairait à bien des libéraux de droite, qui ne rêvent que de l’allégement ou de la suppression des charges salariales.

Entre la « préférence régionale » et la condamnation de l’Etat-assistance, le LKP devrait bien finir par s’entendre avec le patronat et la droite sarkozyste. A condition que le gouvernement supprime le RSA, censé remplacer le RMI et l’allocation de parent isolé honnis par le LKP.




sébastien sabattini