Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Voyage en Guadeloupe : quelques conseils pour le parfaire: Superbes plages, paysages...… https://t.co/CHc6343wSW
Guide de Guadeloupe

Ferme Campêche

rien n'est perdu !


Rédigé le Jeudi 12 Avril 2007 à 10:00 commentaire(s)
Lu 4015 fois

La Région Guadeloupe a décidé de s’engager encore un peu plus aux côtés du collectif des anciens salariés de la ferme avicole de Campêche d’Anse-Bertrand (Nord Grande-Terre), soutenu par le syndicat UGTG. La collectivité a revu à la hausse son engagement financier aux côtés des repreneurs alors que la justice a rejeté le projet des anciens salariés.


ferme campêche
ferme campêche
Le dossier de la ferme de Campêche est loin d’être refermé. Le collectif des anciens salariés, candidat à la reprise de la structure, a fait appel de la décision du tribunal mixte de commerce de Pointe-à-Pitre. Le 7 février dernier, l’instance a rejeté la demande de reprise au motif que les garanties financières du repreneur étaient insuffisantes. Mirlin Davilé, représentant UGTG du collectif, indiquait alors à NewMedia que le tribunal demande “que soit écrit noir sur blanc les sommes que nous allouerons les collectivités avec un descriptif précis des numéraires qui seront apportés“. Le conseil général assure pourtant 50 % du projet valorisé à 700 000 euros, la Région Guadeloupe 40 % et la commune d’Anse-Bertrand les 10 % restants.

Le collectif s’est donc de nouveau tourné vers ses partenaires publics afin d’augmenter les garanties financières. La Région Guadeloupe a déjà dit “oui” en passant son engagement à 580 000 € contre 280 000 € précédemment. La garantie financière du collectif passe donc de 700 000 à 1 million d’euro.

Epineux dossier

Avec une production qui a été jusqu’à 120 000 œufs par an et une trentaine d’employés, la ferme de Campêche représente un pôle sensible de l’agriculture guadeloupéenne. Après la mise à disposition de 32 hectares de terres par la municipalité d’Anse-Bertrand pour un franc symbolique, grâce aux aides régionales et autres types d’indemnisations, l’exploitation avicole avait déjà été restructurée et la production relancée après un dépôt de bilan en 2001.
Début 2006, la Région Guadeloupe avait accordé son soutien à la Safer en apportant une garantie d’emprunt remboursable de 930 000 € à la société foncière agricole afin de racheter le foncier de la ferme. Le conseil général avait adopté une décision similaire. Cette aide devait permettre de garantir l’emprunt bancaire. Mais le droit de préemption est arrivé à échéance puis une contamination à la salmonelle a été détectée à la ferme. Un coup “mortel” pour la ferme de Campêche déjà bien mal en point. Du coup, le tribunal mixte de commerce de Pointe-à-Pitre a prononcé la liquidation judiciaire de l’entreprise le 27 avril 2006.

Les anciens salariés de la ferme avicole, soutenus par l'UGTG, ont constitué une société et déposé un dossier de reprise auprès du tribunal de commerce de Pointe-à-Pitre. Il prévoit le repeuplement de la ferme par palier de 20 000 poules afin d’atteindre en une année et demi l’effectif de 120 000 poules que produisait la ferme. Ils proposent encore la réalisation d’un centre de réinsertion autour des activités agricoles comme l’élevage de cabris, de bovins, de porcs ou encore le maraîchage


sébastien sabattini