Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe
AtoutGuadeloupe : Atout Guadeloupe | Plonger avec des lentilles: Plonger avec des lentilles : Peut-on... https://t.co/8DKzw7fVmU https://t.co/eFsaArgp09

Guide de Guadeloupe


Election des ministres du gouvernement

L'outre-mer rattaché au ministère de l'intérieur sous Michèle Alliot-Marie


Rédigé le Vendredi 18 Mai 2007 à 00:00 commentaire(s)
Lu 5403 fois

La composition du gouvernement de François Fillon a été annoncée, vendredi 18 mai, par Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée. Il a précisé que le premier conseil des ministres aurait lieu dès 16 h 30, ce même jour. L'équipe gouvernementale comporte quinze ministres et quatre secrétaires d'Etat. Elle rassemble sept femmes et douze hommes (dont quatre sont secrétaires d'Etat).


Michèle Alliot Marie
Michèle Alliot Marie

A notre jeu de politique fiction, nous n'étions pas loin de la vérité

Je vous rapelle ce que nous avions pré-sélectionné pour être ministre, article entre deux tours :
François Fillion
Michèle Alliot-Marie
Patrick Devedjan
Valérie Pecresse
Xavier Bertrand
Rachida Dati
Brice Hortefeux
Roselyne Bachelot
Claude Guéant
Nathalie Morizet
Jean louis Borloo
Arno Klarsfeld
Eric besson

et voici la véritable composition du gouvernement :

Premier ministre
François Fillon, UMP, 53 ans.

Ministre d'Etat, ministre de l'écologie, du développement et de l'aménagement durable
Alain Juppé, UMP, 61 ans.

Ministre de l'économie, des finances et de l'emploi
Jean-Louis Borloo, Parti radical, 56 ans.

Ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités locales
Michèle Alliot-Marie, UMP, 60 ans.

Ministre des affaires étrangères et européennes
Bernard Kouchner, Parti socialiste, 67 ans.

Ministre de l'immigration , de l'intégration, de l'identité nationale et du codéveloppement
Brice Hortefeux, UMP, 49 ans.

Ministre de la justice
Rachida Dati, UMP, 41 ans.

Ministre du travail, des relations sociales et de la solidarité
Xavier Bertrand, UMP, 42 ans.

Ministre de l'éducation nationale
Xavier Darcos, UMP, 59 ans.

Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche
Valérie Pecresse, UMP, 39 ans

Ministre de la défense
Hervé Morin, UDF-majorité présidentielle, 45 ans.

Ministre de la santé, de la jeunesse et des sports
Roselyne Bachelot, UMP, 60 ans.

Ministre du logement et de la ville
Christine Boutin, UMP, 63 ans.

Ministre de l'agriculture et de la pêche
Christine Lagarde, 51 ans.

Ministre de la culture et de la communication, porte-parole du gouvernement
Christine Albanel, 51 ans.

Ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique
Eric Woerth, UMP, 51 ans.

Secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, auprès du premier ministre
Roger Karoutchi, UMP, 55 ans.

Secrétaire d'Etat à la prospective et évaluation des politiques publiques, auprès du premier ministre
Eric Besson, ex-PS, 49 ans.

Secrétaire d'Etat aux transports, auprès du ministre de l'écologie, du développement et de l'aménagement durable
Dominique Bussereau, UMP, 54 ans.

Secrétaire d'Etat aux affaires européennes, auprès du ministre des affaires étrangères et européennes
Jean-Pierre Jouyet, 53 ans.

Hors gouvernement
Martin Hirsch, 43 ans, président d'Emmaüs-France, est nommé haut commissaire aux solidarités actives contre les pauvretés.

dont sur 13 proposition nous en avions 10 justes !

l'outre mer rattaché à l'intérieur perd son ministère et gagne Alliot-Marie comme ministre

Michèle Alliot-Marie, 60 ans, a été nommée vendredi 18 mai ministre de l'Intérieur, de l'Outre Mer et des Collectivités territoriales.

Fidèle de Jacques Chirac mais ralliée à Nicolas Sarkozy, est la première femme à occuper ce poste, comme elle le fut dans sa fonction précédente de ministre de la Défense.
Appelée familièrement MAM, cette gaulliste européenne convaincue était titulaire du portefeuille de la Défense depuis mai 2002, après avoir été aussi la première femme à présider le RPR (1999-2002), devenu la composante principale de l'UMP.
Née le 10 septembre 1946 à Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne), elle est la fille de Bernard Marie, député-maire RPR de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) dont elle a été la suppléante à l'Assemblée nationale de 1978 à 1981.

Elle a participé à deux gouvernements de cohabitation sous la présidence Mitterrand: secrétaire d'Etat chargée de l'Enseignement dans le gouvernement Chirac (1986-88) et ministre de la Jeunesse et des Sports dans celui d'Edouard Balladur (1993-95).


Spécialiste de l'Afrique

Docteur en droit et en sciences politiques, titulaire d'une maîtrise d'ethnologie et du certificat d'aptitude à la profession d'avocat, cette spécialiste de l'économie des pays d'Afrique est lauréate de la Faculté de droit et des sciences économiques de Paris.
Michèle Alliot-Marie a commencé sa carrière en 1970 comme assistante à la faculté de droit de Paris, avant d'être conseiller technique dans plusieurs ministères (1972-1976), dont celui des Affaires sociales dirigé par Edgar Faure. Elle est ensuite chef de cabinet du ministre des Universités Alice Saunier-Séïté (1976-1978).


Maire de Saint-Jean-de-Luz

Elle décroche son premier mandat électif en 1983, devenant conseillère municipale de Ciboure (Pyrénées-Atlantiques), avant de l'être à Biarritz, six ans plus tard. Elue députée pour la première fois en 1986 et réélue depuis, elle est maire de Saint-Jean-de-Luz (jouxtant Ciboure) de 1995 à 2002 et actuellement première adjointe. De 1989 à 1993, elle est députée européenne.
Membre du bureau politique de l'UMP, Michèle Alliot-Marie, auteur de "La République des irresponsables" (1999) ou "Le chêne qu'on relève" (2005), a pour compagnon Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine et successeur de Jean-Louis Debré à la présidence de l'Assemblée nationale.


Bilan de la politique outre-mer depuis 2002

Dans un document adressé le 16/05/2007) aux membres de l'Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil économique et social, Hervé Mariton, ministre de l'outre-mer, a dressé le bilan de la politique menée outre-mer depuis 2002 et tracé de nouvelles perspectives.

Le quinquennat du président Chirac aura été une période d'engagement exceptionnel de l'Etat pour l'outre-mer, notamment en matière de lutte contre l'insécurité (la délinquance de voie publique a régressé de 20 %), de renforcement de la démocratie locale (nouveaux statuts de la Polynésie française, de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy), de développement économique (croissance vigoureuse et baisse de 5 % du taux de chômage) et de renforcement de la solidarité nationale (15 milliards d'euros seront consacrés en 2007 à l'outre-mer contre 9 milliards en 2002).

Le ministère de l'outre-mer aura aussi été présent aux côtés des populations et des familles lors du séisme en Guadeloupe, de la catastrophe aérienne du 16 août 2005 ou encore de l'épidémie de chikungunya à Mayotte et à la Réunion.

Il faut maintenant définir un projet global pour l'outre-mer avec pour objectif principal de conforter un modèle de développement pérenne et équilibré reposant non plus sur l'assistanat mais sur la mise en valeur des ressources et des talents de chaque territoire.

Le ministère de l'outre-mer doit par ailleurs effectuer sa propre mutation en exerçant à plein ses fonctions de mise en cohérence des politiques outre-mer, d'impulsion, de coordination et de contrôle. Riche de talents variés, le ministère est tout à fait à même de relever ce défi et d'asseoir ainsi sa légitimité dans l'architecture gouvernementale.

« La responsabilité passionnante que je viens de vivre m'appelle à poursuivre, quelle qu'en soit la forme, un engagement au service de l'outre-mer. Je resterai toujours attentif à promouvoir et partager les enjeux de l'outre-mer dans la République ».


Sébastien Sabattini